Le chef des droits de l'homme de l'ONU met en garde contre les démagogues en Europe et aux Etats-Unis

6 septembre 2016

Devant la montée des populismes en Europe et aux Etats-Unis, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, a exprimé sa colère face aux mensonges et aux manipulations de responsables politiques et a demandé un sursaut face à la banalisation des discriminations ethniques, raciales et religieuses.

Lors d'une allocution au Gala de la Fondation pour la sécurité, la paix et la justice lundi, à La Haye, aux Pays-Bas, M. Zeid s'en est pris en particulier au responsable politique néerlandais Geert Wilders et « à toutes les personnes comme lui – les populistes, les démagogues, les fantaisistes politiques ».

« Ce que M. Wilders a de commun avec M. Trump, M. Orban, M. Zeman, M. Hofer, M. Fico, Mme Le Pen et M. Farage, il le partage aussi avec Daech », a-t-il ajouté, en référence à des responsables politiques aux Etats-Unis, en Hongrie, en République tchèque, en Autriche, en Slovaquie, en France et au Royaume-Uni.

Selon le Haut-Commissaire, tous ces responsables politiques « cherchent, à des degrés divers, à retrouver un passé idyllique et pur, où des champs ensoleillés sont occupés par des peuples unis par leur même appartenance ethnique ou religieuse – vivant dans l'isolement et dans la paix, choisissant leur destin, à l'abri du crime, des influences étrangères et de la guerre ». « Un passé qui n'a, en réalité, sans doute jamais existé, nulle part dans le monde. Comme chacun le sait, l'histoire européenne a été, pendant des siècles, tout sauf cela », a-t-il ajouté.

Geert Wilders a récemment publié un plan en 11 points promettant l'interdiction d'expressions religieuses considérées comme « contraire à l'ordre du pays » et la fermeture de mosquées, écoles islamiques et centres d'asile. Le Haut-Commissaire a qualifié de « grotesque » le plan proposé par M. Wilders et rappelé que les populistes utilisent à l'envi « demi-vérités et simplifications excessives ».

A la tête du Haut-Commissariat aux droits de l'homme depuis deux ans, M. Zeid a rappelé qu'il est le responsable mondial en matière de droits de l'homme, de droits universels, « élu par tous les gouvernements et aujourd'hui le critique de presque tous les gouvernements».

« Ne vous trompez pas, je ne compare pas les actions des démagogues nationalistes avec celles de Daech, qui sont aussi monstrueuses qu'écœurantes. Daech doit être traduit en justice », a précisé le Haut-Commissaire. « Mais, à travers son mode de communication, ses demi-vérités, ses simplifications excessives, la propagande de Daech utilise des tactiques semblables à celles des populistes. Et les deux côtés de cette équation profitent l'un de l'autre – l'influence de l'un se nourrit des actions de l'autre, et inversement».

Selon M. Zeid, « au final, c'est le droit qui protégera nos sociétés – le droit en matière de droits de l'homme, un droit contraignant issu de l'expérience humaine, de décennies de souffrance, des cris des victimes des crimes passés et de la haine ». « Nous devons veiller sur ce droit avec passion, et être guidé par lui », a-t-il conclu.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Iraq : un rapport de l'ONU décrit les atrocités commises par Daech contre les Yézidis

Un nouveau rapport des Nations Unies décrit les atrocités systématiques commises par le groupe terroriste Daech contre la minorité religieuse des Yézidis et d'autres minorités ethniques et religieuses en Iraq.