Le FIDA et le PAM unissent leurs efforts pour promouvoir la sécurité alimentaire au Soudan

29 août 2016

Le Programme alimentaire mondial (PAM) et le Fonds international de développement agricole (FIDA) ont signé lundi un protocole d'entente pour promouvoir la sécurité alimentaire au Soudan en aidant les petits exploitants agricoles à améliorer leur production.

Dans un communiqué de presse conjoint, les deux agences onusiennes ont annoncé qu'à travers cet accord, elles s'efforceront à améliorer la qualité et l'accès aux ressources agricoles pour les petits exploitants. Cela inclut la fourniture de semences améliorées et des formations en matière de prêts agricoles et de méthodes pour réduire les pertes après la récolte.

L'accord permettra également aux deux agences de renforcer leur coopération en matière d'analyse climatique, notamment l'impact du climat sur les activités agricoles, avec pour objectif d'aider les communautés à s'adapter à l'évolution du climat.

Bien que le FIDA et le PAM fassent la promotion de la sécurité alimentaire au Soudan depuis des décennies, c'est la première fois que les deux agences signent un protocole d'entente pour officialiser leur partenariat dans le pays.

Dans le cadre de ses efforts pour promouvoir la sécurité alimentaire et renforcer la résilience des communautés vulnérables, le PAM a mis en œuvre en 2010 un programme novateur appelé Farmers to Market (F2M), en partenariat avec le gouvernement soudanais, pour aider les petits exploitants agricoles à accéder à des formations, des assurances et des prêts bancaires.

Aujourd'hui, le PAM aide 45.000 petits agriculteurs à travers le Soudan à améliorer leur production et devenir autonomes. L'objectif est d'atteindre plus de 80.000 petits agriculteurs l'année prochaine.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Soudan : Ban Ki-moon déçu par l'échec des négociations pour arriver à une cessation des hostilités

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, s'est déclaré déçu que les parties soudanaises ne soient pas parvenues à un accord sur la cessation des hostilités au Darfour et dans deux zones des Etats du Nil bleu et du Kordofan méridional lors de la dernière série de négociations qui s'est tenue du 9 au 14 août à Addis-Abeba, en Ethiopie.