France : l'ONU salue la réponse des autorités face à la canicule

24 août 2016

Alors que la France est confrontée cet été à sa troisième vague de canicule, la chef du bureau régional pour l'Europe de la Stratégie internationale de prévention des catastrophes des Nations Unies (UNISDR), Paola Albrito, a salué mercredi la réponse des autorités à cette vague de chaleur et rappelé que ce phénomène était global.

« Les canicules sont à la hausse partout dans le monde en raison du changement climatique et d'autres facteurs, y compris l'effet d'îlot thermique urbain », a souligné Mme Albrito dans un communiqué de presse. « Ceci n'est pas une surprise étant donné que 2016 est bien placée pour devenir l'année la plus chaude jamais enregistrée ».

Une canicule peut être déclarée lorsque des températures élevées de l'ordre de 31 degrés à 36 degrés Celsius sont prévues plus de trois jours consécutifs.

Des températures approchant les 38 degrés Celsius sont attendues dans de nombreux endroits en raison d'une grande zone de haute pression qui apportera de l'air chaud en provenance d'Afrique.

La France cherche à éviter une répétition des 20.000 décès de la canicule de 2003 qui avait causé la mort de 70.000 personnes dans toute l'Europe. Depuis cette catastrophe dévastatrice pour les femmes et les personnes âgées en particulier, la France a mis en place un système d'alerte à quatre niveaux dans le cadre de ses services météorologiques.

Mardi, le service français de météorologie Météo France a placé 14 départements en alerte Orange ce qui correspond au troisième niveau d'alerte. Les départements concernés sont Paris, la Seine-Saint-Denis, les Hauts-de-Seine, le Val-de-Marne, l'Essonne, le Val-d'Oise, la Seine-et-Marne, les Yvelines, l'Aisne, les Ardennes, l'Aube, la Marne, le Nord et l'Yonne.

« La gestion des catastrophes doit adéquatement prendre en compte la double menace des canicules et des incendies de forêt et la France a développé dans ces domaines une expertise significative qui contribue à réduire la perte de vies dans ces circonstances », a dit la représentante pour l'Europe d'UNISDR.

« Cette semaine, l'alerte orange et les mesures prises par Météo France et les autorités françaises fournissent un excellent exemple de la façon d'appliquer les priorités du Cadre d'action de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe, le plan global pour réduire la mortalité et les pertes liées aux catastrophes », a précisé Mme Alibrito. « Informer le public et disposer de stratégies au niveau local sont essentiels ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le changement climatique est l'un des facteurs d'accroissement des feux de forêt, selon l'ONU

Alors que les incendies de forêt font rage en Californie, au Portugal, en Espagne et en France, le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophe, Robert Glasser, a souligné le lien entre ce type de feux et les conséquences du dérèglement climatique.