Cisjordanie : de nombreuses communautés menacées de transfert forcé, selon le Coordonnateur humanitaire

22 août 2016

Le Coordonnateur des Nations Unies pour l'aide humanitaire et les activités de développement dans les Territoires palestiniens occupés, Robert Piper, a averti lundi que de nombreuses communautés palestiniennes en Cisjordanie occupée sont confrontées à un risque accru de transfert forcé.

Dans un communiqué de presse publié à l'issue d'une visite dans la communauté palestinienne d'Abu Nuwar dans le gouvernorat de Jérusalem, M. Piper a déclaré que les autorités israéliennes ont déplacé la semaine dernière 64 Palestiniens, dont 24 enfants, après avoir démoli 29 structures sur huit sites.

Depuis le 1er août, les forces de sécurité israéliennes ont détruit ou confisqué un total de 85 structures civiles dans 28 communautés de Cisjordanie, déplaçant 129 Palestiniens et affectant les moyens de subsistance d'au moins 2.100 autres, a-t-il précisé.

Le Coordonnateur humanitaire a précisé que parmi les 85 structures récemment détruites ou confisquées, une partie avait été fournie par des donateurs dans le cadre d'une assistance d'urgence suite à de précédentes démolitions de maisons, d'abris pour animaux, de latrines, d'un centre communautaire et d'un réseau d'eau potable, ce dernier soutenu par le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF).

M. Piper s'est dit préoccupé pour la communauté de Susya dans le sud de la Cisjordanie, où plus de 170 structures civiles sont menacées de démolition et où les autorités israéliennes ont brusquement terminé les négociations avec les représentants de cette communauté le mois dernier.

Selon le Coordinateur humanitaire, il y a eu une forte augmentation des démolitions et confiscations en Cisjordanie cette année avec 786 structures palestiniennes démoli jusqu'à présent. Ces démolitions ont cumulativement déplacées 1.197 personnes, dont 558 enfants. Plus de 200 structures démolies avaient été fournies dans le cadre d'une aide humanitaire.

Robert Piper a rappelé à Israël que, en tant que puissance occupante, le droit international l'oblige à garantir le respect des besoins fondamentaux des Palestiniens et les conditions nécessaires à leur développement.

Au cours du weekend, le Coordinateur humanitaire s'est par ailleurs déclaré profondément préoccupé par les informations parues dans la presse faisant état de la détérioration de l'état de santé du détenu palestinien Bilal Kayed.

M. Kayed, qui a été mis dans une détention administrative le jour de sa sortie prévue à l'issue d'une peine de prison de 14,5 ans, est en grève de la faim depuis 69 jours pour protester contre sa détention sans inculpation, ni jugement.

Six autres détenus, dont le journaliste Omar Nazzal, sont aussi en grève de la faim pour protester contre leur détention administrative et leur isolement prolongé. Cent autres prisonniers palestiniens dans les prisons à travers Israël sont aussi en grève de la faim pour montrer leur solidarité.

M. Piper a rappelé que tous les détenus administratifs - palestiniens ou israéliens - devraient être inculpés ou libérés sans délai.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Cisjordanie : l'ONU s'inquiète d'un nouvel incendie criminel contre les Dawabshas à Duma

Le Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, Nickolay Mladenov, s'est dit préoccupé mercredi par les rapports faisant état d'un nouvel incendie criminel contre la famille Dawabsha, en Cisjordanie, près d'un an après la mort de plusieurs membres de cette même famille dans un incident similaire.