Le HCR inquiet des allégations de mauvais traitements de demandeurs d'asile détenus sur l'île de Nauru

10 août 2016

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) s'est déclaré très préoccupé mercredi par les allégations publiées par le quotidien britannique The Guardian concernant le mauvais traitement de réfugiés et demandeurs d'asile qui ont essayé de rejoindre l'Australie et sont détenus sur l'île de Nauru, dans le Pacifique.

Selon The Guardian, 2.000 documents intitulés les « Nauru files » décrivent les conditions de vie extrêmes subies par 442 réfugiés et demandeur d'asile sur l'île de Nauru, à 3.000 km au nord-est de l'Australie. Ces documents détaillent des cas d'agressions, d'abus sexuels, d'automutilations, dont plus de la moitié concernent des enfants.

« Bien que le HCR ne soit pas en mesure de vérifier les incidents individuels soulevés par ces articles, les documents publiés sont globalement conformes avec les inquiétudes persistantes du HCR concernant la santé mentale, ainsi que les conditions générales subies par les réfugiés et les demandeurs d'asile sur l'île de Nauru », a dit le HCR dans un communiqué de presse.

L'agence onusienne a déclaré avoir observé et signalé depuis 2012 une détérioration progressive de la situation des réfugiés et des demandeurs d'asile sur Nauru lors de ses visites régulières.

« Des solutions sont nécessaires de toute urgence », a souligné le HCR. « Des retards dans des mesures immédiates pour rectifier la situation actuelle aggravent la souffrance humaine et causent la détérioration actuelle ».

Le HCR a réitéré sa demande que les réfugiés et les demandeurs d'asile soient immédiatement transférés hors de Nauru.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.