Venezuela : des experts préoccupés par la détérioration de la liberté des médias

4 août 2016

Un expert des Nations Unies et un expert de la Commission interaméricaine des droits de l'homme (CIDH) ont tiré jeudi la sonnette d'alarme sur l'érosion continue de la liberté des médias au Venezuela.

« Nous sommes profondément troublés par les informations récentes faisant état d'attaques contre des journalistes et des groupes de médias indépendants », ont déclaré dans un communiqué conjoint le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la promotion et la protection du droit à la liberté d'opinion et d'expression, David Kaye, et le Rapporteur spécial de la CIDH sur la promotion et la protection du droit à la liberté d'opinion et d'expression, Edison Lanza.

« Cela est surtout alarmant vu les pénuries de nourriture et de médicaments dans le pays, la crise économique et les tensions sociales et politiques », ont-ils ajouté.

Selon ces deux experts, plusieurs journalistes et professionnels des médias auraient été arrêtés alors qu'ils couvraient des pillages ou informaient le public sur les manifestations.

« Des menaces ou des attaques contre les journalistes et les médias [...] sapent la capacité des Vénézuéliens et d'autres ailleurs à être informés sur les événements d'une importance cruciale », a dit M. Kaye, ajoutant que les autorités devaient protéger les journalistes et ne pas les harceler.

M. Lanza a souligné qu'il était du devoir de l'Etat d'assurer la sécurité des journalistes et de répondre sans délai aux informations faisant état de violence et d'intimidation à leur encontre.

Par ailleurs, les experts ont souligné que les mesures prises par la Cour suprême du Venezuela, y compris la censure de sites d'information en ligne et la fermeture d'une station de radio, augmentent considérablement la pression sur les médias et limitent davantage leur capacité à effectuer leur travail en toute indépendance.

Les deux experts ont envoyé une lettre conjointe au gouvernement vénézuélien exprimant leurs préoccupations et demandant des éclaircissements sur les événements signalés. L'Etat a confirmé la réception de la lettre, et les experts espèrent que sa réponse permettra un dialogue sur ces questions et d'autres sujets liés à l'exercice du droit à la liberté d'expression.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Venezuela : le chef de l'ONU encourage le gouvernement et l'opposition au dialogue

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a déclaré samedi qu'il continuait de suivre les événements au Venezuela et s'est dit encouragé par les initiatives prises par d'anciens chefs d'Etat et de gouvernement pour promouvoir le dialogue entre le gouvernement du Venezuela et l'opposition, sous les auspices de l'Union des nations sud-américaines (UNASUR).