Ukraine : l'escalade des hostilités entraine la plus forte hausse du nombre de victimes depuis un an

3 août 2016

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein a appelé mercredi toutes les parties au conflit dans l'est de l'Ukraine à accorder la priorité à la protection des civils et à prendre des mesures urgentes en vue de désamorcer une situation de plus en plus tendue sur la ligne de contact.

L'appel de M. Zeid fait suite au recensement par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) de 142 victimes civiles (20 morts et 122 blessés) dans l'est de l'Ukraine pour les mois de juin et juillet 2016. Il s'agit du nombre de victimes le plus élevé depuis août 2015.

« L'escalade des hostilités dans l'est de l'Ukraine et le nombre de victimes civiles qui en découle ces deux derniers mois sont très inquiétants. Les civils doivent de nouveau fuir vers des abris improvisés dans leurs sous-sols, parfois durant la nuit et de façon régulière - le prix des violations du cessez-le-feu est trop élevé pour les femmes, les hommes et les enfants dans l'est de l'Ukraine », a déclaré M. Zeid.

« Les nombreuses victimes que nous avons recensées au cours des dernières semaines suggèrent que ni les forces ukrainiennes, ni les groupes armés ne prennent les précautions nécessaires pour protéger les civils. Nous exhortons toutes les parties à respecter les dispositions du cessez-le-feu, retirer les combattants et les armes des zones civiles et mettre en œuvre scrupuleusement les dispositions des Accords de Minsk ", a ajouté le Haut-Commissaire.

Plus de la moitié des victimes recensées au cours des deux derniers mois ont été causées par des bombardements. Entre le 1er juin et le 31 juillet 2016, 72 civils ont été blessés et six tués par des bombardements comprenant l'utilisation d'armes expressément interdites par les accords de Minsk. Des mines, restes explosifs de guerre, pièges et engins explosifs artisanaux ont été responsables de la plupart des autres victimes.

Les équipes du HCDH travaillant de part et d'autre de la ligne de contact ont rapporté plusieurs cas documentés de maisons de civils pillées, d'écoles et d'hôpitaux bombardés ou utilisés par les forces ukrainiennes et des groupes armés.

Entre 25.000 et 30.000 personnes franchissent chaque jour la ligne de contact à travers cinq passages entourés de champs de mines insuffisamment identifiés. Au cours des dernières semaines, la situation est devenue encore plus dangereuse alors que des échanges de tirs ont été rapportés entre les forces ukrainiennes et des groupes armés, en particulier autour de la passerelle à Stanytsia Luhanska, le seul point de passage dans la région de Luhansk.

« Je demande instamment aux parties au conflit à tenir compte des appels de la communauté internationale à se désengager de la ligne de contact et d'adhérer à un cessez-le-feu complet et durable», a déclaré M. Zeid qui a également rappelé que l'Ukraine s'est engagée à ratifier le Statut de Rome de la Cour pénale internationale (CPI), mais qu'elle ne l'a pas encore fait à ce jour.

Entre mi-avril 2014 et la fin du mois de juillet 2016, le HCDH a recensé 31.690 victimes, dont 9.553 morts et 22.137 blessés dans la zone de conflit située dans l'est de l'Ukraine. Ces victimes incluent les forces armées ukrainiennes, les civils et des membres de groupes armés.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Ukraine : des experts de l'ONU dénoncent l'impunité pour les crimes commis dans l'est du pays

Un nouveau rapport publié jeudi par des experts des droits de l'homme des Nations Unies dénonce « le manque de volonté d'enquêter » sur les exécutions sommaires de civils et bombardements aveugles de quartiers résidentiels perpétrés aussi bien par les groupes armés non étatiques que par les forces gouvernementales dans l'est de l'Ukraine.