Soudan du Sud : le HCR s'inquiète de l'afflux de réfugiés fuyant vers l'Ouganda voisin

26 juillet 2016

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) s'est inquiété mardi du sort des milliers de réfugiés sud-soudanais qui arrivent chaque jour en Ouganda suite à la flambée de violence qu'a connue le pays début juillet, avertissant que les acteurs humanitaires ne disposent pas des fonds nécessaires pour répondre à leurs besoins.

Selon l'agence de l'ONU, les combats qui ont éclaté au Soudan du Sud le 8 juillet dernier, entre les forces du Président Salva Kiir et celles du Premier Vice-Président Riek Machar, ont à ce jour forcé 37.890 personnes à fuir le pays vers l'Ouganda. « Pour mettre les choses en perspectives : au cours des trois dernières semaines, il y a eu plus d'arrivées de réfugiés en Ouganda que sur l'ensemble des six premiers mois de 2016 », a souligné un porte-parole du HCR, Adrian Edwards, lors d'un point de presse à Genève, en Suisse.

M. Edwards a précisé que l'écrasante majorité des nouveaux arrivants sont des femmes et des enfants, en provenance essentiellement de la région d'Équatoria-Oriental et de la capitale Juba.

« A l'intérieur du Soudan du Sud l'intensité des violences a diminué depuis début juillet, mais la situation sécuritaire reste volatile », a ajouté le porte-parole. Il a notamment indiqué que les réfugiés font état de combats en cours, ainsi que de pillage par des milices armées qui brûleraient des maisons et tueraient des civils. « Certaines femmes et enfants nous ont dit qu'ils ont été séparés de leurs maris ou de leurs pères par des groupes armés, qui recruteraient de force des hommes dans leurs rangs et les empêcheraient de traverser la frontière », a poursuivi M. Edwards.

Il a par ailleurs souligné que la situation des réfugiés était « extrêmement préoccupante », précisant que les arrivées quotidiennes sont passées d'environ 1.500 ces dernières semaines à plus de 4.000 cette semaine. Le porte-parole a indiqué que cet afflux mettait à rude épreuve la capacité des centres d'accueil et de transit, qui ne sont pas équipés pour gérer le nombre croissant des arrivées.

« La réponse humanitaire face à l'afflux de réfugiés sud-soudanais fait cruellement défaut en raison d'un sous-financement grave », a averti M. Edwards. Dans la mesure où l'appel des agences humanitaires est financé seulement à hauteur de 17%, les capacités du HCR et de ses partenaires à porter secours aux réfugiés sont limitées.

Le conflit au Soudan du Sud, qui a éclaté en décembre 2013, est à l'origine d'une des pires situations de déplacement dans le monde : environ 1.690.000 de ersonnes sont déplacées à l'intérieur du pays et 831.582 ont trouvé refuge au-delà de ses frontières, principalement en Ethiopie, au Soudan et en Ouganda.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Soudan du Sud : le HCR préoccupé par les milliers de réfugiés fuyant la violence vers l'Ouganda

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) s'est déclaré vendredi préoccupé par le sort des milliers de réfugiés qui continuent de fuir l'incertitude et la violence au Soudan du Sud depuis la reprise des combats, début juillet, entre les partisans du Président Salva Kiir et ceux du Premier Vice-Président Riek Machar.