Soudan du Sud : le HCR préoccupé par les milliers de réfugiés fuyant la violence vers l'Ouganda

22 juillet 2016

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) s'est déclaré vendredi préoccupé par le sort des milliers de réfugiés qui continuent de fuir l'incertitude et la violence au Soudan du Sud depuis la reprise des combats, début juillet, entre les partisans du Président Salva Kiir et ceux du Premier Vice-Président Riek Machar.

Lors d'une conférence de presse à Genève, un porte-parole du HCR, Andreas Needham, a indiqué que 26.468 personnes ont traversé la frontière vers le nord de l'Ouganda depuis le 7 juillet dernier, en grande majorité des femmes et des enfants, y compris 24.321 dans les six derniers jours. « Hier, environ 8.337 réfugiés ont traversé vers l'Ouganda, un nouveau record depuis que l'afflux [de réfugiés] a commencé en 2016 », a déclaré M. Needham.

Selon le porte-parole, le nombre de personnes dans les centres de transit et d'accueil ougandais a atteint la capacité maximum. Il a notamment indiqué que le centre d'Elegu, une ville du nord du pays, « est si bondé qu'il est impossible de réaliser un décompte » des réfugiés.

« Mercredi soir, plus de 7.000 personnes ont dormi au centre d'Elegu, soit 1.000 personnes au-delà de sa capacité [maximum] », a souligné M. Needham.

A Adjumani, une autre ville du nord située à proximité d'Elegu, les nouveaux arrivants ont signalé la poursuite des combats entre les forces du Président Kiir et du Première Vice-Président Machar. Selon le porte-parole, ils rapportent que des hommes armés continuent de « piller les propriétés, recruter de force les garçons et les jeunes hommes et tuer les civils » à Magwi, une ville sud-soudanaise proche de la frontière avec l'Ouganda.

Par ailleurs, M. Needham a rapporté qu'un convoi de l'armée ougandaise devait rapatrier dans le courant de vendredi des ressortissants ougandais vivant au Soudan du Sud. Lors de précédentes opérations de rapatriement, il a précisé qu'un nombre important de réfugiés sud-soudanais avaient saisi l'opportunité de fuir leur pays an accompagnant le convoi de l'armée ougandaise.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.