L'UNESCO inscrit quatre nouveaux sites sur sa Liste du patrimoine en péril

15 juillet 2016

Le Comité du patrimoine mondial de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), qui se réunit depuis le 10 juillet à Istanbul, en Turquie, dans le cadre de sa 40ème session, a annoncé vendredi avoir inscrit quatre nouveaux sites en Chine, en Inde, en Iran et en Micronésie sur la Liste du patrimoine en péril.

Dans un communiqué de presse, l'UNESCO a précisé que les sites concernés sont : le paysage culturel de l'art rupestre de Zuojiang Huashan, en République populaire de Chine, le site archéologique de Nalanda Mahavihara, dans l'Etat du Bihar, en Inde, le qanat perse, en République islamique d'Iran, et le centre cérémoniel Nan Madol, en Micronésie. L'agence a précisé que ce dernier site a été inscrit simultanément sur la Liste du patrimoine mondial et sur la Liste du patrimoine en péril.

Cette dernière est conçue pour informer la communauté internationale des conditions menaçant les caractéristiques mêmes qui ont permis l'inscription d'un bien sur la Liste du patrimoine mondial et mobiliser le soutien de la communauté internationale en faveur de la protection de ces sites.

Le paysage culturel de l'art rupestre de Zuojiang Huashan (Chine)

Situés sur des falaises abruptes dans les régions frontalières du sud-ouest de la Chine, ces 38 sites d'art rupestre illustrent la vie et les rituels du peuple des Luoyue. Ils datent d'une période s'étendant du Ve siècle avant J.-C au IIe siècle après J.-C. Ils s'inscrivent dans un paysage fait de karst, de rivières et de plateaux et donnent à voir des cérémonies qui ont été interprétées comme représentant la culture des tambours en bronze, autrefois dominante dans la Chine méridionale. Ce paysage culturel est aujourd'hui le seul témoin de cette culture.

Le site archéologique Nalanda Mahavihara (Inde)

Le site de Nalanda Mahavihara est situé dans l'Etat du Bihar, au nord-est de l'Inde. Il s'agit des vestiges archéologiques d'une institution monastique et scolastique en activité du IIIe avant J.-C. au XIIIe siècle de notre ère. Il comprend notamment des stupas, des viharas (bâtiments résidentiels et éducatifs), des sanctuaires et d'importantes œuvres d'art en stuc, pierre et métal. Nalanda se distingue en tant que plus ancienne université du sous-continent indien, une institution qui a transmis un savoir organisé sur une période ininterrompue de 800 ans. Le développement historique du site témoigne de l'évolution du bouddhisme en une religion et de l'épanouissement des traditions monastiques et éducatives.

Le qanat perse (Iran)

Dans l'ensemble des régions arides de l'Iran, l'agriculture est soutenue par l'ancien système de qanats qui puisent l'eau des sources aquifères en amont des vallées et la font circuler par gravité le long de tunnels souterrains, souvent sur de nombreux kilomètres. Les onze qanats qui composent ce site et représentent ce système comprennent aussi des aires de repos pour les travailleurs, des réservoirs d'eau et des moulins à eau. Le système de gestion traditionnel encore en place permet un partage et une distribution de l'eau équitables et durables. Les qanats apportent un témoignage exceptionnel sur des traditions culturelles et des civilisations de zones désertiques au climat aride.

Le centre cérémoniel Nan Madol (Micronésie)

Nan Madol est une série de 99 îlots artificiels formés de pierre basaltique et de blocs de corail située au large de l'île de Pohnpei. Ces îlots abritent les vestiges de palais, de temples, de sépultures et de domaines résidentiels en pierre, érigés entre 1200 et 1500 ans après J.-C. Ces vestiges représentent le centre cérémoniel de la dynastie Saudeleur, une période dynamique de la culture insulaire du Pacifique. L'échelle colossale de ces édifices, le perfectionnement technique et la concentration des structures mégalithiques témoignent de la complexité des pratiques sociales et religieuses des sociétés insulaires de l'époque. Le site a été inscrit simultanément sur la Liste du patrimoine mondial en péril en raison des menaces qui pèsent sur le site, notamment l'envasement des voies navigables qui favorise la croissance incontrôlée de la mangrove et fragilise les constructions.

La 40ème session du Comité du patrimoine mondial se poursuivra jusqu'au 20 juillet sous la présidence de la Directrice générale des affaires culturelles et de la promotion à l'étranger au ministère turc des affaires étrangères, Lale Ülker.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'UNESCO prend la défense du patrimoine mondial en péril, notamment en Libye et en Syrie

Le Comité du patrimoine mondial de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) a annoncé jeudi avoir inscrit cinq sites libyens sur la Liste du patrimoine mondial en péril, un jour après l'appel lancé par la responsable de l'agence à mettre un terme aux destructions de l'ancienne ville d'Alep, en Syrie.