Soudan du Sud : l'ONU appelle les dirigeants à laisser les civils se mettre à l'abri

12 juillet 2016

Plusieurs hauts responsables de l'ONU ont appelé mardi les dirigeants du Soudan du Sud à mettre durablement un terme aux violences qui ont secoué la capitale Juba ces derniers jours et à ne pas empêcher les populations civiles de trouver refuge ailleurs, notamment auprès des sites et camps de l'ONU.

Lors d'un point de presse au siège de l'ONU, à New York, la Représentante spéciale de l'ONU au Soudan du Sud, Ellen Margrethe Loej, a appelé le Président Kiir et le Premier Vice-Président Riek Machar à respecter le cessez-le-feu annoncé la veille par les deux hommes.

D'après les dernières informations transmises par la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS), dont Mme Loej est la responsable, le cessez-le-feu semble pour l'instant se maintenir dans la capitale Juba, a-t-elle précisé.

La Représentante spéciale a par ailleurs exhorté les forces de sécurité à Juba à garantir un « accès sans entrave » aux patrouilles de protection des civils de la MINUSS, ainsi qu'à permettre aux civils de se déplacer librement pour trouver refuge. Elle a exhorté le gouvernement à ouvrir des couloirs humanitaires pour permettre aux Nations Unies et aux acteurs humanitaires d'acheminer de l'aide.

Depuis le début des combats dans la capitale, Mme Loej a précisé qu'environ 5.000 personnes supplémentaires avaient trouvé refuge dans le camp de la MINUSS de Tomping à Juba. Elle a ajouté que 3.000 autres déplacés avaient été transférés vers l'un des sites de protection des civils de la Mission dans la capitale. Au total, 36.000 personnes auraient été déplacées dans les violences des derniers jours.

« Nous sommes extrêmement préoccupés par la détérioration rapide de la situation sécuritaire et des droits de l'homme au Soudan du Sud », a de son côté déclaré une porte-parole du Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme (HCDH), Cécile Pouilly, lors d'un point de presse à Genève, en Suisse.

Depuis jeudi 7 juillet, la capitale Juba a été le théâtre d'affrontements répétés entre les soldats fidèles au Président Kiir et ceux qui soutiennent le Premier Vice-Président Machar, a rappelé Mme Pouilly, ajoutant que, selon les chiffres du gouvernement, au moins 272 personnes ont été tuées jusqu'à présent dans les violences, dont 33 civils.

La porte-parole a rappelé qu'en dépit de l'appel au calme lancé par les deux dirigeants lors d'une conférence de presse conjointe, vendredi 8 juillet, suivi d'une brève accalmie le lendemain, des combats violents ont repris à Juba dimanche et lundi.

« Nous sommes profondément préoccupés par les rapports faisant état de civils à qui ont empêcherait de se réfugier dans les locaux de la MINUSS, dont certains se seraient faits tirer dessus », a déclaré la porte-parole. Elle s'est dite également préoccupée par les informations concernant les attaques visant directement les camps et sites de protection des civils de la MINUSS à Juba. « Selon MINUSS, huit personnes ont été tuées et 59 blessées, dans ou autour des sites de protection des civils entre dimanche et lundi », a-t-elle précisé.

Mme Pouilly s'est aussi déclarée extrêmement inquiète face aux indications selon lesquelles la violence aurait commencé à se propager à d'autres États.

« Nous appelons les deux dirigeants à faire preuve de leadership, à faire un effort concerté et authentique pour empêcher leurs forces respectives de s'affronter, ainsi qu'à faire tout leur possible pour assurer la protection de la population civile », a déclaré la porte-parole du HCDH.

De son côté, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a appelé à maintenir ouvertes les frontières entre le Soudan du Sud et les pays limitrophes, pour faire face un possible afflux de réfugiés tentant de fuir le pays dans les prochains jours.

« Le HCR exhorte toutes les parties au conflit armé à garantir le passage sans danger aux personnes fuyant les combats […] et nous exhortons les pays voisins à garder les frontières ouvertes aux personnes en quête d'asile », a déclaré un porte-parole du HCR, Leo Dobbs, lors d'un point de presse à Genève.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Soudan du Sud : l'ONU condamne de violents combats ces derniers jours à Juba

Plusieurs hauts responsables de l'ONU ont fermement condamné la reprise des combats dimanche à Juba entre des soldats de l'Armée populaire de libération du Soudan (APLS) et de l'APLS dans l'opposition, deux jours après des affrontements similaires dans la capitale du Soudan du Sud, les 7 et 8 juillet 2016.