Conflit israélo-palestinien : l'ONU appelle à soutenir les recommandations du Quatuor pour le Moyen-Orient

30 juin 2016

Le Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, Nickolay Mladenov, a appelé jeudi le Conseil de sécurité de l'ONU à soutenir la mise en œuvre des recommandations récemment formulées par le Quatuor pour le Moyen-Orient pour éliminer les obstacles à la mise en œuvre d'une solution à deux Etats.

« La frustration palestinienne ne risque pas de disparaitre par la simple volonté de l'esprit ; elle ne peut pas être vaincue par des mesures de sécurité agressives, des arrestations ou des démolitions de maisons punitives », a déclaré M. Mladenov lors d'une réunion du Conseil de sécurité.

« Mais la violence et la terreur, nourries par le ressentiment n'aboutiront pas non plus à un Etats palestinien », a-t-il ajouté, appelant les Palestiniens à ne pas glorifier les actes de terreur ainsi qu'à ne pas tenter de justifier les assassinats.

Pour inverser la « dynamique destructrice » actuelle, le Quatuor pour le Moyen-Orient (Nations Unies, Union européenne, Russie et États-Unis) avait lancé en mars dernier une étude visant à identifier les obstacles à la mise en œuvre d'une solution à deux Etats et à formuler des recommandations sur la marche à suivre. Suite à la finalisation de cette étude, M. Mladenov était venu présenter aux 15 membres du Conseil le rapport du Quatuor.

« Permettez-moi de souligner les trois tendances qui, selon le rapport du Quatuor, entravent sévèrement les espoirs de paix : la violence continue, le terrorisme et la provocation ; la politique continuelle d'expansion des colonies et les politiques connexes en Cisjordanie ; [et] la situation à Gaza et le manque de contrôle exercé sur Gaza par l'Autorité palestinienne », a indiqué le Coordonnateur spécial.

Le Coordonnateur spécial a appelé à renverser ces tendances négatives pour faire avancer la solution à deux Etats.

« Le rapport contient également des recommandations pour les deux parties […] en rapport à la violence, à l'incitation à la violence, aux colonies de peuplement israéliennes et aux politiques connexes, à l'unité palestinienne et au renforcement de leurs institutions », a poursuivi M. Mladenov.

Le rapport du Quatuor appelle par ailleurs Israël à changer de politique, notamment dans la zone C, un changement qui devra aller de pair avec la transition vers une plus grande autorité civile palestinienne prévue par les accords antérieurs, a précisé le Coordonnateur spécial. « Comme le Quatuor l'a déjà indiqué, des progrès dans les domaines tels que le logement, l'eau, l'énergie, les communications, l'agriculture et les ressources naturelles peuvent être réalisés, tout en respectant les besoins légitimes de sécurité d'Israël », a-t-il estimé.

Le Coordonnateur spécial a invité le Conseil de sécurité à prendre note de ce rapport et à soutenir, aux côtés de la communauté internationale, les efforts engagés par le Quatuor. Il a également appelé les deux parties à mettre en œuvre les recommandations énoncées dans le rapport, qui définit, selon lui, « un certain nombre d'étapes raisonnables » susceptibles de mettre les Israéliens et les Palestiniens sur la voie de la paix.

M. Mladenov a en outre souligné que l'obtention d'un accord mettant fin au conflit n'est envisageable « qu'à travers des négociations bilatérales directes, dont l'issue ne saurait être préjugée par des mesures unilatérales qui ne seraient pas reconnus par la communauté internationale ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Conflit israélo-palestinien : l'ONU annonce une nouvelle initiative pour sortir les négociations de l'impasse

Le médiateur des Nations Unies pour le conflit israélo-palestinien a annoncé mercredi le lancement d'une nouvelle initiative dont le but sera de faire sortir les pourparlers de paix de l'impasse actuelle et de créer un environnement favorable à un retour des parties à la table des négociations.