Royaume-Uni : l'ONU condamne des violences xénophobes depuis l'annonce du Brexit

28 juin 2016

Suite à une série de violences xénophobes au Royaume-Uni ces derniers jours, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, a exhorté mardi le gouvernement à mettre immédiatement un terme à ces actes inacceptables et à traduire leurs auteurs en justice.

Suite à une série de violences xénophobes au Royaume-Uni ces derniers jours, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, a exhorté mardi le gouvernement britannique à mettre immédiatement un terme à ces actes inacceptables et à traduire leurs auteurs en justice.

« Je suis profondément préoccupé par les informations faisant état d'attaques et d'abus ciblant des communautés minoritaires et des citoyens étrangers au Royaume-Uni au cours des derniers jours », a déploré M. Zeid dans un communiqué de presse.

Selon la presse britannique, une vague de violences xénophobes se serait abattue sur le pays depuis le référendum consultatif à l'issue duquel la population britannique s'est prononcée à 52% en faveur d'une sortie de l'Union européenne (UE). Plus de 100 cas d'actes xénophobes auraient en effet été recensés depuis l'annonce des résultats, vendredi 24 juin.

Le Haut-Commissaire a rappelé que le racisme et la xénophobie sont « complètement, totalement et absolument inacceptables », peu importe les circonstances.

« Je prie instamment les autorités du Royaume-Uni d'agir pour faire cesser ces attaques xénophobes et de veiller à ce que toutes les personnes soupçonnées d'attaques et d'abus racistes et xénophobes soient poursuivis en justice », a appelé M. Zeid.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

« Brexit » : Ban Ki-moon souhaite que l'UE reste un partenaire solide de l'ONU

Après que les Britanniques ont choisi jeudi de quitter l'Union européenne (UE) à l'issue d'un référendum, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a souhaité vendredi que l'UE reste un partenaire solide des Nations Unies, notamment sur les questions de développement, d'affaires humanitaires, de paix et de sécurité.