A Saint-Pétersbourg, Ban Ki-moon appelle la Russie à poursuivre ses réformes pour une économie durable

16 juin 2016

A l'occasion d'une visite à Saint-Pétersbourg, en Russie, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a appelé jeudi le pays à poursuivre les réformes économiques en cours pour limiter sa consommation d'énergie, réduire sa dépendance économique aux exportations pétrolières, construire des infrastructures durables et améliorer l'intégration économique et la coopération en Europe.

« La Russie dispose d'un potentiel scientifique considérable pour développer des technologies visant à atténuer les effets néfastes des changements climatiques », a dit le chef de l'ONU dans un discours prononcé au Forum économique international de Saint-Pétersbourg. Il a précisé que le pays avait d'ores et déjà rénové de nombreuses installations de production et réformé ses processus industriels afin de réduire l'intensité énergétique de son économie.

Le Secrétaire général a également invité la Russie à diversifier son économie pour réduire sa dépendance aux exportations de combustibles fossiles.

« Le Forum de Saint-Pétersbourg de cette année comprend à juste titre une réunion sur 'la vie après le pétrole'. Je suis convaincu que les ingénieurs et entrepreneurs russes pourront aider le monde à inaugurer un nouvel avenir énergétique », a-t-il déclaré.

Sur le plan des infrastructures, alors que la Russie réalise actuellement des investissements très importants dans ce domaine, M. Ban a demandé au pays de le faire de façon durable, pour éviter de perpétuer de mauvaises approches.

A ce titre, il a salué les signes selon lesquels la Russie semblerait vouloir coopérer avec de nouvelles institutions, telles que la Nouvelle Banque de développement et la Banque asiatique d'investissement dans les infrastructures, pour financer des infrastructures durables.

« Je voudrais également souligner l'importance cruciale de l'intégration économique et de la coopération dans cette région », a ajouté M. Ban, insistant sur le besoin de développer le commerce, le transport et le tourisme en Europe d'ici 2030, mais aussi d'améliorer la coopération entre la Russie et les pays occidentaux sur les questions régionales et mondiales.

Le chef de l'ONU s'est toutefois dit profondément préoccupé par les pressions croissantes auxquelles fait face la société civile.

« Des lois restrictives portent atteinte aux droits des médias et aux libertés, ainsi qu'au financement des défenseurs des droits de l'homme et des organisations non-gouvernementales », a-t-il regretté, condamnant les arrestations arbitraires, les peines de prison sévères et l'usage excessif de la force.

Ce rétrécissement de l'espace démocratique, a estimé le Secrétaire général, est une menace contre la bonne gouvernance, le développement durable et la paix.

« Les restrictions contre les défenseurs des droits de l'homme et d'autres ONG ralentissent le progrès. Le silence des médias fait taire les voix dont nous avons besoin pour tenir les dirigeants pour responsables », a-t-il déclaré.

M. Ban s'est dit convaincu que la société civile russe a un rôle important à jouer dans la conception et la mise en œuvre des réformes économique dont le pays a besoin.

« Quand la société civile peut jouer pleinement son rôle, l'ensemble de la société en bénéficie », a dit le Secrétaire général.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'ONU appelle la Russie à faire respecter les droits des Tatars de Crimée

Face aux persécutions croissantes dont sont victimes les Tatars de Crimée, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) a appelé mardi la Russie à veiller à ce que les droits des minorités et des peuples autochtones soient respectés sur ce territoire.