Centrafrique : l'ONU salue le succès de la transition politique

15 juin 2016

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour l'Afrique centrale, Abdoulaye Bathily, s'est félicité mercredi devant le Conseil de sécurité du bon déroulement des récentes élections présidentielle et législatives en République centrafricaine, permettant ainsi d'achever avec succès la période de transition politique.

« Je suis heureux que le pays ait franchi cette étape importante qui le place de retour sur le chemin de la paix durable, du développement et de la consolidation d'une paix de long terme », a déclaré M. Bathily, qui présentait le dernier rapport du Secrétaire général sur les activités du Bureau régional des Nations Unies pour l'Afrique centrale (BRENUAC) qu'il dirige.

Le Représentant spécial a noté que le Président centrafricain Faustin Archange Touadéra jouissait d'un large soutien et insisté sur la soif de changement de la population centrafricaine. « Dans le même temps, les défis que le pays doit relever restent immenses », a-t-il dit, mentionnant les besoins humanitaires pressants, la très grande pauvreté et les réformes nécessaires dans le secteur de la sécurité.

Il a rappelé que les groupes armés contrôlaient toujours des zones étendues du pays et a insisté sur le besoin du gouvernement d'un appui « politique, financier et programmatique » de la communauté internationale pour assurer la restauration de l'autorité de l'État sur tout le territoire. « Malgré les développements positifs récents, il est crucial que les partenaires de la République centrafricaine restent engagés et redoublent leur assistance. »

M. Bathily a indiqué que des tensions politiques préoccupantes subsistaient dans d'autres pays de l'Afrique centrale en lien avec de récents et futurs processus électoraux. Ces tensions sapent la consolidation de la stabilité, du développement et de la démocratie dans les pays de la sous-région, ainsi que le processus d'intégration, a-t-il dit. Il a jugé crucial de redoubler d'efforts de prévention dans les pays où des élections doivent se tenir cette année, y compris par la promotion d'un dialogue politique inclusif.

Le Chef du BRENUAC a expliqué que les efforts collectifs des pays du bassin du lac Tchad avaient entamé la capacité de Boko Haram à lancer des attaques fréquentes, comme il avait pu le faire par le passé. Cependant, la capacité de conduire des opérations contre-insurrectionnelles est souvent entravée par le fait que des éléments de Boko Haram vivent au sein de la population, a-t-il dit, ajoutant que le groupe terroriste représentait toujours une menace sérieuse pour la stabilité régionale. Le risque que Boko Haram devienne l'élément catalyseur d'autres menaces terroristes dans la sous-région ne doit pas être écarté, a-t-il estimé.

M. Bathily a jugé essentiel que les partenaires internationaux maintiennent leur appui pour mettre fin à cette menace et promeuvent une approche régionale, comme cela a été souligné lors du second Sommet pour la sécurité régionale d'Abuja le 14 mai. « J'exhorte la communauté internationale à appuyer la Force multinationale mixte par la mobilisation d'un soutien politique, logistique et financier flexible », a-t-il dit. Il a également affirmé que l'appui international aux pays touchés par les activités de Boko Haram serait capital pour remporter la lutte contre ce groupe terroriste.

Rappelant la menace représentée par l'Armée de résistance du Seigneur (LRA), le Représentant spécial a indiqué que celle-ci avait fortement intensifié ses activités en République centrafricaine, s'aventurant dans des zones où elle n'était encore que peu présente. Des éléments de la LRA ont continué d'attaquer la population civile dans le nord-est de la République démocratique du Congo. « La LRA paraît s'écarter de sa posture de retrait adoptée ces derniers temps, en lançant des attaques dans des zones plus peuplées et en enlevant un plus grand nombre d'enfants », a-t-il dit.

Il a précisé que le BRENUAC avait continué son engagement actif afin de remédier au déficit de coordination dans la lutte contre la LRA, en lien, en particulier, avec l'Union africaine. Préoccupé par les conséquences du retrait de l'Ouganda de la Force régionale d'intervention pour la sécurité dans l'est de la République centrafricaine, il a appelé toutes les parties prenantes à faire en sorte que le départ des troupes ougandaises se fasse de manière coordonnée.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Centrafrique : Ban Ki-moon salue le Président pour avoir tendu la main aux groupes armés

Centrafrique : Ban Ki-moon salue le Président pour avoir tendu la main aux groupes armésLe Secrétaire-général de l'ONU, Ban Ki-moon, a rencontré vendredi à New York le Président de la République centrafricaine, Faustin Archange Touadéra, pour discuter de la situation dans ce pays, notamment de la prise de contact du Président avec les représentants des groupes armés.