A Bruxelles, Ban Ki-moon appelle l'UE à remplir les objectifs d'aide publique au développement

15 juin 2016

Au deuxième jour d'une visite à Bruxelles, en Belgique, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a appelé tous les Etats européens à remplir les objectifs fixés concernant le niveau de l'aide publique au développement, à savoir d'y consacrer 0,7% de leur produit intérieur brut (PIB).

« Le développement durable doit devenir partie intégrante de toutes nos politiques et prises de décision », a déclaré M. Ban à l'ouverture des Journées européennes du développement, un forum annuel de deux jours dédié aux problématiques de coopération internationale pour le développement.

Le Secrétaire général a salué la contribution des Journées européennes du développement, au cours des 10 dernières années, à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), notamment via la création de partenariats et le soutien à l'innovation.

« Désormais, nous avons une nouvelle vision, un programme de développement durable ambitieux et transformatif censé capitaliser sur nos avancées [dans la réalisation des OMD] et nous emmener encore plus loin au cours des 15 prochaines années », a déclaré le chef de l'ONU, en référence au Programme à l'horizon 2030 adopté par les Etats membres en septembre 2015 et à ses 17 objectifs de développement durable (ODD).

« Le Programme à l'horizon 2030 représente un changement de paradigme », a insisté le Secrétaire général, précisant qu'il incite à repenser la façon dont nous faisons le développement, notamment en adoptant une vision du monde « holistique et à long terme ».

M. Ban a particulièrement insisté sur la nécessité d'atteindre les objectifs fixés par le Programme en matière d'aide publique au développement.

« Je félicite les pays qui ont atteint l'objectif de 0,7 [% du PIB], et j'exhorte tous les États membres de l'UE [Union européenne] à les atteindre », a déclaré le Secrétaire général, tout en appelant à améliorer également la qualité de l'aide publique au développement.

Il a par ailleurs appelé à renforcer le lien entre le développement et l'aide humanitaire, un sujet qui a notamment fait l'objet de discutions le mois dernier, lors de la tenue du premier Sommet humanitaire mondiale à Istanbul, en Turquie.

« Pour atteindre les objectifs de développement durable, nous avons besoin d'un financement global et de larges partenariats, inclusifs et novateurs », a en outre indiqué M. Ban.

Il a rappelé que le Programme d'action d'Addis-Abeba, adopté en 2015, fournit précisément un cadre global pour la mobilisation des ressources et l'alignement de tous les flux de financement et politiques publiques avec le développement durable.

« Nous devons mobiliser toutes les ressources disponibles, et faire le meilleur usage de la science, de la technologie et de l'innovation », a dit M. Ban.

Lors de son deuxième jour dans la ville belge, le chef de l'ONU a également participé à une réunion du Conseil d'administration de l'initiative 'Énergie durable pour tous' et à un évènement de l'Asia Society Dialogue.

M. Ban a aussi déposé une couronne de fleurs à l'aéroport de Bruxelles pour commémorer les victimes des attentats du 22 mars 2016 qui ont visé l'aéroport et le métro de la capitale belge et ont tué 32 personnes.

« C'était une attaque odieuse non seulement contre la Belgique mais contre toute l'humanité. Cet attentat, ici à l'aéroport, et celui dans la station de métro, symbolisent ceci : l'endroit où toutes les nationalités sont réunies », a-t-il dit lors de la cérémonie ce mercredi à l'aéroport.

Le Secrétaire général a félicité les secouristes pour leur travail et leur résilience après les deux attentats.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

En visite à Bruxelles, Ban Ki-moon juge nécessaire de répondre aux causes profondes des déplacements

En visite à Bruxelles, en Belgique, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a déclaré mardi qu'il restait préoccupé par le nombre élevé de réfugiés et migrants décédés en mer Méditerranée en tentant de rejoindre l'Europe et a jugé nécessaire de répondre aux causes profondes de ces déplacements.