Migrants et réfugiés : le chef des droits de l'homme de l'ONU appelle l'Europe à mieux structurer sa réponse

13 juin 2016

Le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, a insisté sur la nécessité pour les pays européens de trouver des réponses davantage structurées à la crise actuelle des migrants et réfugiés, tout déplorant la détérioration du conflit en Syrie.

Dans un discours à l'ouverture de la 32ème session du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies à Genève, en Suisse, le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, a insisté lundi sur la nécessité pour les pays européens de trouver des réponses davantage structurées à la crise actuelle des migrants et réfugiés, tout déplorant la détérioration du conflit en Syrie, dont sont issus la majorité des nouveaux arrivants en Europe.

« La seule façon durable de résoudre les déplacements actuels de personnes est d'améliorer la situation des droits de l'homme dans leurs pays d'origine », a déclaré M. Zeid, exhortant le Conseil de sécurité de l'ONU à travailler en ce sens.

« Mais en attendant, les pays d'Europe doivent trouver un moyen de résoudre la crise migratoire actuelle de manière systématique et respectueuse des droits des personnes concernées, y compris dans le cadre de l'accord entre l'UE [Union européenne] et la Turquie », a-t-il ajouté. Selon les termes de cet accord, signé en mars dernier, les nouveaux migrants arrivés en situation irrégulière en Europe depuis la Turquie et dont la demande d'asile est rejetée (ou ne demandant pas l'asile) sont renvoyés en Turquie.

Le Haut-Commissaire a estimé qu'il était entièrement possible de créer des systèmes de gouvernance de la migration fonctionnels, y compris pour un grand nombre de personnes, sur la base d'une détermination « équitable et efficace » des besoins individuels de protection.

« Si les gouvernements européens peuvent enlever l'hystérie et la panique de l'équation, et s'ils essaient tous de contribuer à une solution, je suis convaincu qu'ils seront en mesure d'atteindre cet objectif », a-t-il dit.

Par ailleurs, M. Zeid s'est déclaré inquiet de l'augmentation du nombre de migrants détenus en Europe, y compris dans les 'points chauds' en Grèce et en Italie.

« Même les enfants non accompagnés sont souvent placés dans des cellules de prison ou des centres entourés de barbelés », a déploré le Haut-Commissaire, ajoutant que la détention n'est jamais dans l'intérêt supérieur de l'enfant, qui doit primer sur les objectifs d'immigration.

Il a par conséquent appelé à mettre en œuvre des alternatives à la détention des enfants.

« Je déplore l'ampleur de la rhétorique anti-migrants dont nous avons été les témoins sur l'ensemble du continent européen », a ajouté M. Zeid, soulignant que cette rhétorique favorise un climat de division, de xénophobie, voire même de violence, comme cela a été le cas en Bulgarie.

Parallèlement, le Haut-Commissaire a noté que « la catastrophe en Syrie », pays dont sont issus la majorité des migrants et réfugiés arrivant en Europe, continue d'empirer.

Il a déclaré que l'ampleur de la crise syrienne est telle, avec son lot de tortures, détentions arbitraires, disparitions forcées, expulsions forcées et destructions d'écoles et de quartiers entiers, que l'existence même du Conseil des droits de l'homme et d'autres organismes similaires en est devenue « grotesque ».

« Collecter et analyser des informations aussi épouvantables, et les publier, doit alimenter l'action. Mais quand les données s'empilent simplement, avant de se perdre dans les arcanes du pouvoir, nous restons choqués et nous nous sentons, comme probablement beaucoup d'autres à travers le monde, presque impuissants dans cette horreur », a-t-il dit.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Europe : le HCR ajuste sa réponse aux nouvelles conditions de la crise des réfugiés et migrants

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a annoncé une restructuration de son plan d'action régional pour les réfugiés et migrants arrivés en Europe, afin de l'adapter aux nouvelles conditions liées à la fermeture des frontières le long de la route des Balkans et à la signature d'un accord de renvoi des réfugiés entre l'Union européenne (UE) et la Turquie.