L'ONU dénonce la rhétorique incendiaire du Président de Gambie visant un groupe ethnique

10 juin 2016

Le Conseiller spécial du Secrétaire général de l'ONU sur la prévention du génocide, Adama Dieng, a dénoncé vendredi la rhétorique incendiaire du Président de Gambie, Yahya Jammeh, à l'égard du groupe ethnique Mandinka.

M. Dieng a condamné un discours prononcé par le Président Jammeh lors d'un rassemblement politique le 3 juin, au cours duquel il aurait menacé d'éliminer les Mandinka, les accusant d'être des « ennemis, des étrangers ».

« Je suis profondément alarmé par la stigmatisation publique, la déshumanisation et les menaces contre les Mandinka par le Président Jammeh », a déclaré le Conseiller spécial dans un communiqué de presse. « Les déclarations publiques de cette nature par un chef de file national sont irresponsables et extrêmement dangereuses. Elles peuvent contribuer à diviser les populations, à nourrir la suspicion et à inciter à la violence contre les communautés en raison uniquement de leur identité ».

M. Dieng a rappelé que les discours de haine peuvent être un élément déclencheur d'atrocités. « Nous avons vu, au Rwanda, en Bosnie, et plus récemment au Moyen-Orient, comment l'incitation à la violence a conduit à des massacres fondés sur l'identité », a-t-il souligné.

Il a rappelé au Président Jammeh que tout appel à la haine nationale, raciale ou religieuse qui constitue une incitation à la discrimination, à l'hostilité ou à la violence est interdit par le droit international des droits de l'homme ainsi que dans la législation nationale.

Les États ont la responsabilité première de protéger leurs populations. « Je demande instamment au Président de la Gambie d'assumer cette responsabilité et de veiller à ce que les droits de toutes les populations de la Gambie soient respectés, indépendamment de l'appartenance ethnique ou de leur affiliation politique », a dit le Conseiller spécial.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Gambie : l'ONU préoccupée par le sort de dizaines de manifestants arrêtés en avril

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) s'est déclaré vendredi très préoccupé par le sort de dizaines de manifestants qui ont été arrêtés lors d'une manifestation pacifique les 14 et 16 avril dans la capitale gambienne Banjul.