Darfour : la CPI dénonce l'inaction du Conseil de sécurité face à l'impunité

9 juin 2016

La Procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda, a demandé jeudi au Conseil de sécurité de l'ONU de mettre fin à son inaction concernant les crimes commis au Darfour, au Soudan.

En 2009, la CPI a émis des mandats d'arrêt contre le Président du Soudan Omar Al-Bachir et d'autres hauts responsables accusés de génocide, de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre au Darfour, qui n'ont toujours pas été exécutés.

« Quel message envoyons-nous si ceux qui sont visés par des mandats d'arrêt peuvent se déplacer librement ? », a demandé Mme Bensouda dans un discours devant les membres du Conseil.

La Procureure s'est étonnée que les cas signalés par la Cour de non coopération de pays en vue de l'exécution de ces mandats d'arrêt n'aient pas incité le Conseil à agir. « Le Conseil ne doit pas et ne peut pas rester silencieux », a-t-elle dit.

« L'irrespect des décisions de la Cour a encouragé certains Etats à exprimer publiquement leur fierté de ne pas se soumettre à l'autorité du Conseil », a poursuivi Mme Bensouda, ajoutant que cet état de fait ne faisait qu'exacerber les frustrations des victimes.

Malgré ces difficultés, la Procureure a promis « qu'elle ne baisserait pas les bras ». « Nous ne prendrons pas de repos tant que M. Al Bachir et tous ceux qui sont visés par un mandat d'arrêt ne seront pas jugés à La Haye », a-t-elle dit, en référence au siège de la CPI qui se trouve dans la capitale des Pays-Bas.

En 2005, le Conseil de sécurité a demandé à la CPI d'enquêter sur les crimes de guerre au Darfour, où près de 300.000 personnes auraient péri et plus de 2 millions d'autres auraient été déplacées depuis que la guerre civile a éclaté en 2003 entre le gouvernement et les rebelles.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Darfour : l'ONU et l'Union africaine condamnent des attaques contre un camp de déplacés

La Présidente de la Commission de l'Union africaine, Nkosazana Dlamini-Zuma, et le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, ont condamné jeudi des attaques contre un camp de déplacés par des groupes armés et une fusillade dans un marché à proximité qui ont eu lieu lundi à Sortoni, au Darfour Nord.