Des experts de l'ONU préoccupés par la rhétorique du Président élu des Philippines

6 juin 2016

Deux experts indépendants des Nations Unies ont condamné lundi les récentes déclarations du Président élu des Philippines, Rodrigo Duterte, suggérant qu'il est légitime de tuer des journalistes, et ils ont demandé à ce dernier de cesser immédiatement d'inciter à la violence meurtrière.

Selon les deux experts, M. Duterte aurait déclaré que la plupart des journalistes tués dans le pays ont fait quelque chose de mal, suggérant ainsi que les victimes sont partiellement responsables de leur sort.

« Un message de cette nature pourrait constituer une incitation à la violence et au meurtre, dans une nation déjà classée comme le deuxième pays le plus meurtrier pour les journalistes », a déclaré l'un des deux experts, le Rapporteur spécial de l'ONU sur les exécutions sommaires, Christof Heyns. « Ces commentaires sont absolument irresponsables, et indignes d'un responsable, et encore moins de quelqu'un qui va diriger un pays qui se dit démocratique ».

« Justifier l'assassinat des journalistes sur la base de leur comportement professionnel peut être compris par des tueurs potentiels comme un signal indiquant qu'assassiner des journalistes est acceptable dans certaines circonstances et ne sera pas puni », a dit l'autre expert, le Rapporteur spécial de l'ONU sur les libertés d'opinion et d'expression, David Kaye. « Cette position est encore plus inquiétante sachant que les Philippines ont du mal à poursuivre les auteurs de cas notoires de violence contre des journalistes, comme le massacre de Maguindanao ».

Les deux experts se sont dits également préoccupés par les commentaires faits par M. Duterte remettant en question les garanties juridiques accordées aux journalistes qui auraient fait des commentaires perçus comme diffamatoires.

« Ces messages provocateurs indiquent à toute personne mécontente du travail d'un journaliste ou d'un militant, par exemple, qu'elle peut l'attaquer ou le tuer sans crainte de sanction », a souligné M. Kaye.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Deux experts de l'ONU appellent les Etats à protéger et faciliter l'exercice du droit de réunion pacifique

Un nouveau rapport présenté mercredi au Conseil des droits de l'homme à Genève de l'ONU propose des recommandations concernant les précautions à prendre pour protéger les droits des manifestants, des passants et des policiers lors de rassemblements publics, tels que les manifestations.