Journée de l'environnement : l'ONU réclame une tolérance zéro à l'égard du commerce illicite d'espèces sauvages

5 juin 2016

A l'occasion de la Journée mondiale de l'environnement qui est célébrée chaque année le 5 juin, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a exhorté dimanche les populations et les gouvernements à travers le monde à préserver le patrimoine naturel pour les générations présentes et futures.

Cette année, la Journée a pour thème le commerce illicite d'espèces sauvages, qui met en péril des animaux emblématiques comme les éléphants, les rhinocéros, les tigres, les gorilles et les tortues marines. La chasse et le trafic illicites affectent également les économies et les écosystèmes, alimentant le crime organisé, ainsi que la corruption et l'insécurité.

L'Angola accueille cette année les célébrations de cette Journée mondiale de l'environnement.

« L'heure est grave. Des éléphants sont massacrés pour leurs défenses, des rhinocéros pour leur corne et des pangolins pour leurs écailles. Des tortues de mer aux tigres en passant par le bois de rose, des milliers d'espèces d'animaux et de plantes sauvages sont plus que jamais au bord de l'extinction », a déclaré le Secrétaire général dans un message.

« Les entreprises et les individus impliqués dans ce commerce sont uniquement motivés par le profit à court terme, au détriment des bienfaits à long terme pour les collectivités et les habitats. Ils agissent bien souvent de connivence avec des réseaux et des groupes transnationaux de la criminalité organisée activement impliqués dans la déstabilisation de certains pays », a-t-il ajouté.

L'Organisation des Nations Unies et ses nombreux partenaires ont décidé de s'attaquer à ce commerce illicite, en fixant notamment des cibles claires en vue de mettre fin au braconnage dans le cadre des objectifs de développement durable, adoptés l'année dernière par l'ensemble des 193 États Membres.

Le mois dernier, à la deuxième Assemblée des Nations Unies pour l'environnement, à Nairobi, l'initiative mondiale « Wild for Life » a été lancée, invitant tout un chacun à s'engager à mettre fin au commerce illicite d'espèces sauvages ‒ des citoyens ordinaires qui peuvent veiller à ne pas acheter de produits interdits aux gouvernements qui peuvent faire changer les choses en mettant en œuvre des politiques efficaces visant à protéger les espèces et les écosystèmes.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Cadavres de bébés tigres en Thaïlande : l'ONU réitère l'importance de lutter contre le commerce illicite d'espèces sauvages

Après la découverte de 70 cadavres de bébés tigres dans un temple bouddhiste en Thaïlande au début de cette semaine, deux agences des Nations Unies ont rappelé vendredi que cette découverte ne représente qu'une infime partie du commerce illicite d'espèces sauvages.