Le HCR préoccupé par des expulsions d'Erythréens par le Soudan

2 juin 2016

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) s'est déclaré jeudi profondément préoccupé par les récentes expulsions d'Erythréens par le Soudan vers leur pays d'origine.

« Au moins 313 Erythréens ont été arrêtés le 6 mai dans la ville de Dongola au nord du Soudan. Ils ont été jugés et condamnés pour être entrés illégalement au Soudan en vertu des lois nationales sur l'immigration et ont été renvoyés de force en Érythrée le 22 mai », a dit le HCR dans un communiqué de presse publié à Genève.

D'après les informations obtenues par le HCR, il y a eu une autre expulsion collective de 129 Érythréens vers leur pays d'origine quelques jours avant l'incident du 22 mai.

« La dernière expulsion comprenait six Érythréens qui étaient enregistrés comme réfugiés. Les autres n'avaient pas demandé l'asile, mais il n'est pas sûr qu'ils aient eu l'occasion de le faire », a ajouté le HCR.

Selon l'agence onusienne, le retour forcé des réfugiés, demandeurs d'asile ou autres personnes qui pourraient avoir besoin d'une protection internationale peut constituer un refoulement qui est interdit par le droit national du Soudan, la Convention de 1951 sur les réfugiés, la Convention de l'OUA de 1969, le droit international des droits de l'homme et le droit international coutumier.

Le HCR a rappelé au Soudan ses obligations en vertu du droit international et du droit soudanais et a demandé au gouvernement de ce pays d'éviter les retours forcés d'Érythréens vers leur pays d'origine.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Ban Ki-moon salue l'annonce de la libération de prisonniers djiboutiens par l'Erythrée

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a pris connaissance vendredi de l'arrivée à Djibouti, dans la journée, du ministre des Affaires étrangères du Qatar, Sheikh Mohammed bin Abdulrahman Al-Thani, et a salué l'annonce de la libération de quatre prisonniers djiboutiens par les autorités érythréennes.