Mali : l'ONU condamne la mort de cinq Casques bleus dans une embuscade

29 mai 2016

L'ONU a condamné dimanche une attaque meurtrière survenue dans la matinée dans le centre du Mali, au cours de laquelle cinq Casques bleus de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation dans le pays (MINUSMA) ont trouvé la mort et un sixième a été grièvement blessé.

Selon un communiqué de presse publié par la Mission de l'ONU, vers 11h00, un convoi de la Force de la MINUSMA a été pris en embuscade dans la région de Mopti, à 30 kilomètres à l'ouest de Sevaré, sur l'axe Tenenkou-Sevaré. D'après les informations préliminaires dont disposait la MINUSMA, cinq Casques bleus du contingent togolais de la Mission auraient été tués et un autre grièvement blessé.

Dans une déclaration publiée par son porte-parole, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a condamné avec la plus grande fermeté cette attaque meurtrière et présenté ses sincères condoléances aux familles des Casques bleus « morts pour la cause de la paix ainsi qu'au Gouvernement et au peuple du Togo ».

M. Ban a exigé que « tout soit mis en œuvre pour que les auteurs de ce crime odieux » soient rapidement interpellés et traduits en justice.

Il a observé « avec tristesse » que cette nouvelle attaque contre la MINUSMA intervient le jour de la commémoration de la Journée internationale des Casques bleus, « à l'heure où l'on honore les hommes et les femmes qui servent avec honneur, dévouement et courage sous la bannière des Nations Unies ».

Le Secrétaire général a rappelé que les attaques contre des soldats de la paix des Nations Unies peuvent constituer un crime de guerre au regard du droit international.

Le chef de l'ONU a réitéré la détermination des Nations Unies à soutenir la stabilisation du Mali et la mise en œuvre de l'accord de paix. Il a exprimé son plein soutien aux autorités maliennes dans leurs efforts pour lutter contre les groupes extrémistes.

De son côté, le Conseil de sécurité de l'Organisation a également réagi à cette attaque en appelant le gouvernement du Mali à mener rapidement une enquête.

Les membres du Conseil ont réaffirmé que le terrorisme sous toutes ses formes et manifestations constitue l'une des menaces les plus graves pour la paix et la sécurité internationales. Le Conseil a souligné la nécessité de traduire les auteurs, organisateurs, bailleurs de fonds et commanditaires de ces actes en justice. Ils ont souligné que les responsables de ces meurtres devraient être tenus responsables et ont exhorté tous les États, conformément à leurs obligations en vertu du droit international et des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité, à coopérer activement avec toutes les autorités compétentes à cet égard.

Les membres du Conseil de sécurité ont réitéré que tous les actes de terrorisme sont criminels et injustifiables par nature, quelle que soit leur motivation. Ils ont réaffirmé la nécessité pour tous les États de combattre par tous les moyens les menaces à la paix causées par des actes terroristes, conformément à la Charte des Nations Unies, au droit international des droits de l'homme, au droit international des réfugiés et au droit international humanitaire.

Les membres du Conseil de sécurité ont exprimé leur préoccupation au sujet de la situation sécuritaire au Mali. Ils ont noté que la mise en œuvre intégrale de l'Accord pour la paix et la réconciliation au Mali et l'intensification des efforts visant à surmonter les menaces peuvent contribuer à améliorer la situation sécuritaire du pays.

Le Conseil a en outre réaffirmé son plein appui à la MINUSMA et aux forces françaises qui la soutiennent. Il a également réitéré son ferme appui au Représentant spécial du Secrétaire général pour le Mali, Mahamat Saleh Annadif.

De son côté, la MINUSMA a présenté ses condoléances aux familles des victimes, ainsi qu'à leur gouvernement et à leur peuple, et a souhaité un prompt rétablissement au soldat de la paix blessé.

« Je condamne avec la plus grande vigueur ce crime abjecte qui s'ajoute aux autres actes terroristes qui ont ciblé nos soldats de la paix et qui constituent des crimes contre l'humanité au regard du droit international », a déclaré le M. Mahamat Saleh Annadif.

« Cet acte odieux de terrorisme est d'autant plus révoltant qu'il a été perpétré durant là journée internationale des Casques Bleus », a souligné le Représentant spécial, appelant à déployer tous les efforts possibles pour identifier les responsables de ces crimes.

Il a souligné que la MINUSMA est « plus engagée que jamais » à poursuive sa mission d'appui au Mali et à son peuple.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Mali : cinq Casques bleus tués et trois grièvement blessés dans une attaque dans la région de Kidal

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a condamné mercredi soir une attaque complexe et meurtrière qui a causé la mort de cinq Casques bleus tchadiens de la Mission intégrée multidimensionnelle de stabilisation des Nations Unies au Mali (MINUSMA) et blessé trois autres, dans la région de Kidal, au nord du pays.