Iraq : le HCR se mobilise pour venir en aide aux familles fuyant Falloujah

27 mai 2016

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a annoncé vendredi qu'il se mobilisait pour porter secours aux familles ayant fui la ville iraquienne assiégée de Falloujah au cours des derniers jours.

« Plus de 800 personnes, principalement issues de zones périphériques, ont fui Falloujah alors que le gouvernement poursuit son offensive militaire pour reprendre le contrôle de la ville, située à environ 60 kilomètres à l'ouest de la capitale Bagdad », a indiqué la porte-parole du HCR, Melissa Fleming, lors d'une conférence de presse au Palais des Nations à Genève, en Suisse.

Depuis que la ville est tombée sous le contrôle de groupes extrémistes en janvier 2014, plus de 3,2 millions de personnes ont été déplacées à travers l'Iraq, a-t-elle ajouté.

« Environ 50.000 civils sont toujours pris au piège à l'intérieur de Falloujah, retenus par les groupes extrémistes, en même temps que les bombardements intenses par l'armée iraquienne se poursuivent », a ajouté Mme Fleming.

Le HCR et son partenaire dans la région, Muslim Aid, ont commencé à distribuer des articles de secours d'urgence aux familles qui ont fui Falloujah et sont hébergées dans un camp dans le gouvernorat d'Al-Anbar, a poursuivi la porte-parole, précisant que l'agence ouvrira deux nouveaux camps la semaine prochaine pour accueillir 500 familles nouvellement déplacées.

« Le nombre de familles ayant réussi à s'échapper est cependant très faible, compte tenu des dizaines de milliers de personnes encore piégées à Falloujah », a précisé Mme Fleming, qui a fait état d'informations faisant état d'une forte augmentation des exécutions d'hommes et de garçons refusant de prendre les armes aux côtés des groupes extrémistes à l'intérieur de la ville.

« D'autres informations indiquent qu'un certain nombre de personnes ayant tenté de fuir ont été exécutées ou fouettées ; et la jambe d'un homme aurait été amputée », a précisé Mme Fleming, ajoutant que beaucoup de civils auraient par ailleurs été tués ou enterrés vivants sous les décombres de leurs maisons dans le cadre des opérations militaires actuelles.

« Il est vital que des voies d'accès sécurisées à la ville soient ouvertes, afin de permettre aux civils de se mettre en lieu sûr et de recevoir l'aide d'urgence », a déclaré la porte-parole du HCR.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.