L'envoyé de l'ONU salue la reprise de l'importation privée de ciment dans la bande de Gaza

23 mai 2016

Le Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, Nickolay Mladenov, a salué lundi la décision de reprendre l'importation privée de ciment dans la bande de Gaza après une suspension de près de 45 jours.

Selon M. Mladenov, cela a été rendu possible grâce aux efforts des autorités israéliennes et palestiniennes. Il a souligné toutefois que toutes les parties devaient assurer que les livraisons de ciment atteignent leurs bénéficiaires et soient utilisées uniquement à des fins civiles.

« Les défis humanitaires à Gaza restent vastes et tous les efforts devraient être faits pour résoudre les crises du logement, de l'électricité et de l'eau. Il est essentiel pour la sécurité des Palestiniens et des Israéliens que Gaza reste calme et que son peuple retrouve l'espoir », a dit M. Mladenov dans un communiqué de presse publié à Jérusalem.

« Les Nations Unies continuent à appeler à la levée complète de toutes les restrictions visant Gaza, comme indiqué dans la résolution 1860 (2009) du Conseil de sécurité », a-t-il ajouté.

Le Coordonnateur spécial a insisté sur le fait que la réunification de Gaza et de la Cisjordanie sous une autorité nationale palestinienne unique, légitime et démocratique et la réalisation de la solution à deux Etats sont le seul moyen pouvant mettre fin définitivement à la souffrance du peuple palestinien.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Un comité de l'ONU note une dégradation de la situation des droits de l'homme dans le territoire palestinien occupé

A l'issue d'une visite dans la région, le Comité spécial des Nations Unies chargé d'enquêter sur les pratiques israéliennes affectant les droits de l'homme du peuple palestinien et des autres Arabes des territoires occupés a noté une détérioration de la situation générale des droits humains dans ces territoires.