L'OMS publie de nouvelles lignes directrices pour les soins aux femmes vivant avec des mutilations sexuelles

16 mai 2016

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a publié lundi de nouvelles recommandations visant à aider les personnels de santé à dispenser de meilleurs soins aux plus de 200 millions de filles et de femmes qui vivent avec des mutilations sexuelles féminines dans le monde.

Par mutilations sexuelles féminines, l'OMS entend toutes les interventions impliquant l'ablation partielle ou totale des organes génitaux externes ou toute autre lésion des organes génitaux féminins pratiquée pour des raisons non médicales.

« Ces mutilations n'ont aucun avantage pour la santé, peuvent causer de graves dommages et violent les droits des filles et des femmes », a rappelé l'OMS dans un communiqué de presse annonçant la publication des nouvelles lignes directrice, disponibles sur le site de l'agence .

« Elles peuvent provoquer des hémorragies sévères, des problèmes de miction, des kystes tardifs, des infections et la mort », a poursuivi l'OMS, précisant qu'elles peuvent également entraîner des complications à l'accouchement avec un risque accru de décès du nouveau-né.

Depuis 1997, les efforts internationaux se sont intensifiés pour mettre fin aux mutilations sexuelles féminines. Selon l'agence de l'ONU, ces pratiques courantes dans 30 pays d'Afrique et quelques pays d'Asie et du Moyen-Orient sont toutefois devenues un problème sanitaire à l'échelle mondiale du fait des migrations internationales.

« Les agents de santé ont un rôle crucial à jouer pour résoudre ce problème mondial de santé. Ils doivent savoir reconnaître et soigner les complications des mutilations sexuelles féminines », a déclaré la Sous-Directrice générale de l'OMS, le Dr. Flavia Bustreo.

Les nouvelles recommandations de l'OMS portent sur la prévention et le traitement des complications obstétriques, le traitement de la dépression et des troubles de l'anxiété, l'attention devant être accordée à la santé sexuelle des femmes, avec notamment le conseil, et la diffusion d'informations et l'éducation.

Les lignes directrices avertissent également du danger de ce que l'OMS appelle la 'médicalisation' des mutilations sexuelles féminines, par exemple lorsque les parents demandent aux agents de santé de les pratiquer en pensant qu'elles seront alors moins préjudiciables.

Une autre mesure fondamentale recommandée par l'OMS pour éviter la médicalisation des mutilations sexuelles féminines consiste à créer, à l'intention des personnels de santé, des protocoles, des manuels et des directives leur indiquant ce qu'il faut faire lorsqu'ils sont face à des parents ou à des membres des familles réclamant des mutilations sexuelles pour leurs filles, ou à des femmes demandant une réinfibulation après l'accouchement.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Guinée : l'ONU inquiète de l'augmentation des mutilations génitales féminines

Un nouveau rapport des Nations Unies, publié lundi, indique qu'en dépit de leur interdiction par le droit national et international, les mutilations génitales féminines et l'excision continuent d'augmenter en Guinée, où 97% des femmes et des filles âgées de 15 à 49 ans en sont victimes.