L'Envoyé de l'ONU espère un retour de la trêve en Syrie

3 mai 2016

A la suite de discussions à Moscou sur les pourparlers inter-syriens, l'Envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, s'est dit mardi prudemment optimiste sur le retour très prochain de la cessation des hostilités dans ce pays.

« Ce que les Syriens veulent entendre, ce ne sont pas des bombes, des roquettes, des obus », a dit M. de Mistura lors d'un point de presse conjoint avec le Ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

L'Envoyé spécial a indiqué s'être rendu à Moscou afin de discuter avec les autorités russes du sentiment qu'il est urgent de ne pas gâcher ce qui a déjà été réalisé.

C'est pour cette raison, a-t-il dit, qu'il a souligné auprès des principaux pays soutenant les pourparlers de paix inter-syriens, la Russie et les Etats-Unis, lors d'un exposé devant le Conseil de sécurité, que la cessation des hostilités en Syrie était menacée.

M. de Mistura a rappelé que les pourparlers au cours du mois de mars avaient été actifs, avec le sentiment que la cessation des hostilités et la distribution de l'aide humanitaire faisaient des progrès.

Mais depuis, il y a un sentiment que cette cessation des hostilités est en danger, a-t-il dit. C'est pour cette raison qu'il semble crucial que les parties prenantes soient en mesure de relancer la cessation des hostilités, a-t-il ajouté.

« Nous espérons tous un retour de la cessation des hostilités, peut-être dans les prochaines heures », a-t-il encore dit. « Si cela se passe, alors nous serons de nouveau sur la bonne voie ».

Lundi, Staffan de Mistura a rencontré à Genève le Secrétaire d'Etat américain, John Kerry, pour discuter de la situation actuelle sur le terrain en Syrie.

De son côté, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a appelé les belligérants à s'engager immédiatement à un retour de la cessation des hostilités et à respecter leur responsabilité de protéger les civils.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.