Ban Ki-moon attristé par l'annonce du décès de l'ancien Président chilien Patricio Aylwin

20 avril 2016

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, s'est déclaré profondément attristé par l'annonce du décès de Patricio Aylwin Azócar, l'ancien Président de la République du Chili de 1990 à 1994, à l'âge de 97 ans.

Dans un communiqué de presse rendu public mardi soir par son porte-parole, M. Ban a transmis ses sincères condoléances à la famille de M. Aylwin, ainsi qu'au peuple et au gouvernement du Chili.

« Après avoir été élu en tant que premier chef d'Etat démocratique du Chili après près de 17 ans de dictature militaire, M. Aylwin, qui a démontré sa capacité à forger un consensus et à construire la paix, a contribué à faire du pays la solide démocratie qu'il est aujourd'hui », a déclaré le chef de l'ONU.

Le chef de l'ONU a ajouté que l'engagement de M. Aylwin, « un homme mû par des convictions humanistes profondes », en faveur de son pays, en a fait un leader d'opinion, en plus d'un homme politique, avocat, auteur et intellectuel respecté, tout au long de sa vie.

« Aux Nations Unies, nous nous souviendrons de lui pour les efforts qu'il a entrepris en faveur de la tenue du Sommet mondial pour le développement social, qui a eu lieu à Copenhague, au Danemark, en 1995 », a poursuivi M. Ban.

« M. Aylwin a été l'un des grands hommes d'Etat latino-américains de notre temps. Son engagement en faveur de la démocratie, la justice sociale et des droits de l'homme restera une source d'inspiration pour la région et pour le monde », a déclaré le Secrétaire général.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Au Chili, Ban Ki-moon appelle les femmes à jouer un rôle moteur dans le développement durable

Lors d'une conférence sur les femmes au Chili, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a déclaré vendredi que le monde devait s'unir pour mettre fin à la violence et à la discrimination contre les femmes, tout en déplorant la lenteur des progrès réalisés en la matière durant les deux décennies écoulées.