Egypte : Ban Ki-moon suit de près les poursuites judiciaires visant la société civile

20 avril 2016

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, suit de près les poursuites judiciaires visant un certain nombre d'organisations de la société civile et de défenseurs des droits de l'homme en Egypte, a déclaré mardi soir son porte-parole.

L'affaire numéro 173, communément appelée « l'affaire du financement étranger de la société civile », devait reprendre mercredi 20 avril, au Caire. « Les accusés dans cette affaire doivent être en mesure de bénéficier de toutes les normes en matière de procès juste et équitable », a dit le porte-parole dans un communiqué de presse.

« Le Secrétaire général souligne le rôle important que joue la société civile pour assurer que les États répondent aux obligations et aux objectifs civiques, sociaux et de développement. Il estime nécessaire que les défenseurs des droits de l'homme et la société civile en général, ainsi que les médias, travaillent sans restrictions excessives », a-t-il ajouté.

Ban Ki-moon a noté que le gouvernement de l'Egypte a accepté un certain nombre de recommandations, dans le cadre du deuxième cycle d'examen périodique universel, concernant la promotion et la protection des droits à la liberté d'association, ainsi que l'adoption d'une nouvelle loi sur les organisations non-gouvernementales conforme à la Constitution égyptienne et aux droits internationaux.

L'examen périodique universel est un processus instauré en 2006 par l'Assemblée générale des Nations Unies. Il consiste en un examen de la situation de tous les Etats membres en matière de droits de l'homme.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le chef des droits de l'homme de l'ONU exhorte l'Egypte à mettre fin à la répression des ONG

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, s'est dit mercredi très préoccupé par la fermeture de centaines d'organisations de la société civile en Egypte et par les poursuites visant de nombreux défenseurs des droits humains depuis novembre 2014.