Gambie : Ban Ki-moon appelle à libérer des manifestants arrêtés, suite à la mort de trois d'entre eux en détention

17 avril 2016

Suite à l'annonce de la mort en détention de trois opposants arrêtés pour avoir pris part à une manifestation organisée jeudi en Gambie, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a appelé les autorités du pays à libérer immédiatement et sans condition toutes les personnes arrêtées lors de cette manifestation pacifique.

Dans un communiqué de presse rendu public par son porte-parole, le Secrétaire général a dit avoir appris avec consternation la mort en détention, en Gambie, de l'activiste politique et membre du Parti démocratique unifié (UDP), Solo Sandeng, ainsi que de deux autres membres de ce parti d'opposition.

Tous trois avaient été arrêtés le 14 avril 2016 pour avoir participé à une manifestation pacifique dans la capitale Banjul, a précisé M. Ban.

Le Secrétaire général a présenté ses sincères condoléances aux familles des défunts. Il a en outre appelé les autorités à mener une « enquête rapide, approfondie et indépendante » sur les circonstances qui ont conduit à leur mort, alors qu'ils étaient placés sous la garde de l'État.

Le chef de l'ONU s'est également dit profondément préoccupé par l'usage excessif de la force dont auraient fait preuve les autorités du pays pour réprimer la manifestation pacifique du 14 avril.

Il a par conséquent appelé les autorités à libérer « immédiatement et sans condition » toutes les personnes arrêtées, y compris le chef de l'UDP, Ousainou Darboe, et à garantir le droit du peuple gambien à la liberté d'expression et de réunion pacifique.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

UE-Turquie : le HCR appelle à la mise en œuvre des garanties prévues dans l'accord avant le début des retours de migrants

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a appelé vendredi les parties ayant convenu du récent accord UE-Turquie sur les réfugiés et les migrants à faire en sorte que toutes les garanties soient mises en place avant le début des retours, et ce du fait de lacunes graves et persistantes dans les deux pays concernés, la Grèce et la Turquie.