Génocide au Rwanda : l'ONU appelle à empêcher que de telles atrocités ne se reproduisent

7 avril 2016

A l'occasion de la Journée internationale de réflexion sur le génocide au Rwanda en 1994, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a réaffirmé jeudi la détermination de l'Organisation à empêcher que de telles atrocités ne se reproduisent, où que ce soit dans le monde.

En 1994, plus de 800.000 personnes – en grande majorité des Tutsis, mais aussi des Hutus modérés, des Twa et d'autres – ont été systématiquement assassinées dans tout le Rwanda.

« En cette Journée internationale, nous nous souvenons de tous ceux qui ont trouvé la mort pendant le génocide et réaffirmons que nous sommes déterminés à empêcher que de telles atrocités ne se reproduisent, où que ce soit dans le monde », a dit M. Ban dans un message. Cette année, le thème retenu pour la célébration de la Journée internationale est « Combattre l'idéologie génocidaire ».

« Le courage des survivants, qui nous a montré que la réconciliation est possible même après une telle tragédie, doit être une source d'inspiration pour nous tous. Dans la région des Grands Lacs, qui fait toujours face à de graves menaces à la paix et à la sécurité, l'apaisement et la reconstruction demeurent des objets essentiels », a ajouté le Secrétaire général.

Selon lui, honorer les victimes du génocide au Rwanda, c'est aussi œuvrer en faveur de la justice et amener les responsables à répondre de leurs actes.

Le chef de l'ONU a félicité les États membres de la région et au-delà de l'action qu'ils continuent de mener pour arrêter et transférer les derniers fugitifs et mettre fin à l'impunité.

« Le meilleur moyen de garantir que le génocide et les autres violations flagrantes du droit international et des droits de l'homme ne se reproduisent pas est de reconnaître notre responsabilité commune et de nous engager à unir nos forces pour protéger ceux qui sont menacés », a souligné M. Ban. « Le génocide n'est pas un événement ponctuel : c'est un processus qui se déroule dans le temps et qui se prépare. L'histoire a montré à plusieurs reprises qu'aucune région du monde n'est à l'abri. L'un des principaux signes précurseurs du génocide est la propagation, dans le débat public et les médias, de propos haineux visant tel ou tel groupe de population ».

« Il est indispensable que les gouvernements, l'appareil judiciaire et la société civile fassent preuve de fermeté face aux propos haineux et aux individus qui incitent à la division et à la violence. Si nous voulons bâtir des sociétés justes et pacifiques, nous devons promouvoir l'inclusion, le dialogue et l'état de droit », a-t-il ajouté. « L'histoire du Rwanda nous livre un enseignement essentiel. Si la capacité de commettre les pires infamies est inhérente à toute société, il en va de même de vertus telles que la compréhension, la générosité et la réconciliation. Cultivons ces qualités, que nous partageons tous en tant qu'êtres humains, pour aider à faire en sorte que chacun puisse vivre dans la dignité et la sécurité ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le Conseil de sécurité rend hommage au Tribunal pénal international pour le Rwanda dont le mandat s'achève

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a marqué jeudi, dans une déclaration à la presse, la fermeture du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), mis sur pied par le Conseil en novembre 1994 à la suite du génocide survenu la même année dans ce pays.