Centrafrique : l'envoyé de l'ONU réaffirme sa détermination à lutter contre les abus sexuels commis par des Casques bleus

30 mars 2016

Alors que de nouvelles allégations d'abus sexuels commis par des Casques bleus ont été récemment révélées en République centrafricaine, le Représentant spécial du Secrétaire général dans ce pays, Parfait Onanga-Anyanga, a réaffirmé mercredi sa détermination à lutter contre ces abus et à venir en aide aux victimes.

« J'ai fait de la lutte contre l'exploitation et les abus sexuels une des priorités de la Mission [des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA)] », souligne M. Onanga-Anyanga dans un point de vue publié dans le magazine américain Newsweek.

Il a rappelé qu'un groupe de travail a été établi et que des soldats et des policiers de la MINUSCA effectuent des patrouilles autour des camps de la Mission pour surveiller les activités du personnel de la Mission lorsqu'il n'est pas en service. Des équipes conjointes régionales de prévention de l'exploitation et des abus sexuels ont également été établies. « Ce sont des mesures qui vont dans la bonne direction, mais il est possible que nous connaissions d'autres jours sombres avant de voir la lumière au bout du tunnel », a-t-il dit.

« Par-dessus tout, nous devons mettre les victimes au cœur de tous nos efforts. Nous avons fait de leur prise en charge une priorité en permettant un accès à une assistance d'urgence », a-t-il ajouté. « Je sais que le chemin vers la réalisation de cet objectif ne sera pas facile en raison de la nature même de l'environnement dans lequel nous opérons, mais nous demeurons déterminés à mener cette lutte ».

Selon Parfait Onanga-Anyanga, abandonner n'est pas une solution pour lui. « Nous devons poursuivre nos efforts et faire en sorte que tous les auteurs soient identifiés, que les victimes reçoivent tous les soins qu'elles méritent et, peut-être plus important encore, que les responsables soient traduits en justice », a-t-il dit.

Il a rappelé que depuis son arrivée à la tête de la mission fin août 2015, il s'était engagé à une politique de transparence et de responsabilité. « J'ai parcouru des milliers de kilomètres à travers ce pays, allant du camp en camp et de ville en ville, réitérant un message ferme selon lequel l'exploitation et les abus sexuels sont absolument inacceptables et rappelant à notre personnel de l'ONU, à la fois militaire et civil, notre obligation de protéger la population de la République centrafricaine », a-t-il expliqué.

« Les jours de silence sont terminés », a-t-il conclu.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Centrafrique : la MINUSCA enquête sur de nouvelles allégations d'abus sexuels par des employés de l'ONU

La Mission multidimensionnelle intégrée de stabilisation des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA) a indiqué avoir reçu de nouvelles informations sur des allégations d'exploitation sexuelle et d'abus sexuels, impliquant notamment des Casques bleus et des employés civils de l'ONU, dans la préfecture de Kémo.