Conflit au Yémen : les enfants représentent un tiers des décès de civils, selon l'UNICEF

29 mars 2016

Six enfants sont tués ou blessés en moyenne chaque jour au Yémen en raison du conflit auquel ils sont de plus en plus forcés à prendre part, déplore un nouveau rapport du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), publié mardi.

Intitulé 'Children on the Brink' ('Enfants au bord du gouffre'), ce rapport met en évidence le lourd tribut que la violence au Yémen et la détérioration d'une situation humanitaire déjà précaire avant le conflit font payer aux enfants du pays.

Le rapport documente notamment plus de 1.560 violations graves contre des enfants depuis l'escalade du conflit en mars 2015, à la suite de laquelle plus de 900 d'entre eux ont trouvé la mort et 1.300 ont été blessés.

« En moyenne, au moins six enfants ont été tués ou mutilés chaque jour depuis mars 2015, soit sept fois plus au total que sur l'ensemble de l'année 2014 », indique le rapport, précisant que la plupart des meurtres et mutilations d'enfants ont eu lieu dans les gouvernorats de Taëz, Sanaa, Sa'ada, Aden et Hajjah, où la violence et les combats ont été les plus intenses.

« Les enfants représentent environ un tiers de tous les décès de civils depuis mars 2015 », ajoute le rapport.

Nombre d'entre eux ont été tués en classe ou sur leur chemin de l'école, précise l'étude, qui documente plus de 50 attaques contre des établissements scolaires, tout en soulignant que le chiffre réel est sans doute bien plus élevé.

« Les enfants sont ceux qui paient le prix le plus élevé d'un conflit avec lequel ils n'ont rien à voir », a déploré le Représentant de l'UNICEF pour le Yémen, Julien Harneis, dans un communiqué de presse annonçant la sortie du rapport. « Même jouer ou dormir sont devenues des activités dangereuses », a-t-il ajouté.

Parallèlement au conflit qui dégénère, le recrutement et l'utilisation d'enfants dans les combats ne cessent d'augmenter, met en garde le rapport, ajoutant que les enfants jouent un rôle de plus en plus actifs dans les combats, tel que garder des postes de contrôle et transporter des armes.

Le rapport documente 848 cas de recrutement d'enfants depuis le début du conflit, précisant que des enfants âgés d'à peine 10 ans ont été forcés de prendre part aux combats.

L'UNICEF estime par ailleurs que près de 10.000 décès supplémentaires d'enfants de moins de cinq ans ont probablement eu lieu depuis mars 2015 en raison de maladies évitables causées par la pénurie des soins de santé.

Ce chiffre s'ajoute à environ 40.000 enfants qui meurent chaque année au Yémen avant leur cinquième anniversaire, précise le rapport.

Près de 10 millions d'enfants, soit 80% des enfants du pays, ont désormais besoin d'une aide humanitaire d'urgence, indique également le rapport, et 320.000 d'entre eux sont menacés de malnutrition aiguë sévère.

À ce jour, l'UNICEF a reçu seulement 18% des 180 millions de dollars demandés par l'agence pour venir en aide aux enfants yéménites en 2016.

« Nous devons accélérer l'acheminement de l'aide humanitaire et continuer à sauver des vies ainsi que le rêve des enfants de grandir et d'acquérir une éducation », a déclaré M. Harneis. « C'est une course contre la montre ».

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Yémen : le Conseil de sécurité salue l'annonce d'un accord de cessation des hostilités et la reprise des pourparlers

Le Conseil de sécurité de l'ONU a salué l'annonce, le 23 mars 2016, d'un accord de cessation des hostilités entre les parties, censé entrer en vigueur le mois prochain, ainsi que la tenue ultérieure d'un nouveau cycle de pourparlers de paix.