L'ONU salue le verdict du TPIY contre Radovan Karadzic, reconnu coupable de génocide

24 mars 2016

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, a salué jeudi le verdict prononcé contre Radovan Karadzic, le Président de la République serbe autoproclamée de Bosnie, par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), qui l'a reconnu coupable de génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre.

« Vingt et un ans après l'inculpation de M. Karadzic, ce verdict est l'illustration puissante de la détermination implacable de la communauté internationale à obtenir que justice soit faite », a déclaré M. Zeid. « M. Karadzic a orchestré la séquestration, le viol, la torture et le meurtre de milliers de personnes ; le bombardement de civils ; le siège illicite de Sarajevo, ainsi que la destruction et le pillage massif de biens, y compris de lieux de cultes musulmans et catholiques ».

Le Haut-Commissaire a qualifié le jugement du TPIY de « symbole puissant » pour les victimes des crimes commis pendant les guerres en Bosnie-Herzégovine et à travers l'ex-Yougoslavie, mais aussi pour les victimes du monde entier.

« Les auteurs de tels crimes doivent savoir qu'ils n'échapperont pas à la justice », a poursuivi M. Zeid, qui était membre de la Force de protection des Nations Unies en ex-Yougoslavie de 1994 à 1996. « La vérité sans fard sur les crimes commis lors de ce conflit effroyable – si méticuleusement établie par le Tribunal – doit être pleinement reconnue, inscrite dans l'histoire et ses victimes doivent obtenir les réparations appropriées », a-t-il ajouté.

M. Zeid a ajouté que le procès de M. Karadzic « devrait donner matière à réfléchir aux dirigeants, en Europe et ailleurs dans le monde, qui cherchent à exploiter les sentiments nationalistes et à se servir des minorités comme boucs émissaires pour des problèmes sociaux plus larges ».

« Les discours qui incitent à la haine, à la discrimination et à la violence sont une force inflammable. Dans les pays de l'ex-Yougoslavie, nous avons vu le terrible carnage que cela a causé », a-t-il déclaré.

Aucune des 161 personnes inculpées par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie n'est parvenue à échapper à la justice, a par ailleurs noté le Haut-Commissaire.

« Je salue la persévérance méticuleuse de tous les procureurs, enquêteurs, juges et avocats de la défense, et leur attachement profond à garantir que justice soit rendue pour les peuples de l'ex-Yougoslavie. Le message de ce procès est que nul n'est au-dessus de la loi ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le TPIY rejette la requête d'acquittement de Radovan Karadzic pour 10 des 11 chefs d'accusation

Le Tribunal pénal international pour l'ex Yougoslavie (TPIY) a rejeté jeudi la requête de Radovan Karadzic aux fins d'acquittement concernant dix des onze chefs d'accusation retenus contre lui. Il a toutefois levé celui le mettant en cause pour génocide pour des crimes commis entre mars et décembre 1992 dans plusieurs municipalités de Bosnie-Herzégovine.