Burundi : des experts des droits de l'homme de l'ONU estiment que leur visite est un premier pas

8 mars 2016

Après huit jours de réunions, d'entretiens et d'échanges avec un large éventail d'acteurs, les membres de l'enquête indépendante des Nations Unies sur le Burundi établie par le Conseil des droits de l'homme ont achevé mardi leur première visite dans le pays qu'ils ont qualifiée de premier pas.

Lors d'un point de presse à Bujumbura, Pablo de Greiff, l'un des trois membres de l'équipe a noté que « cette visite était la première étape dans le cadre de nos efforts destinés à recueillir les informations et les point de vues de tous les acteurs impliqués dans la crise burundaise. Il n'y a rien de mieux que de venir ici, pour constater par nous-mêmes ce qui se passe et rencontrer divers acteurs ».

Au cours de leur visite, du 1er au 8 mars, les experts ont rencontré des représentants du gouvernement – y compris l'un des deux vice-présidents du pays – des dirigeants politiques, des groupes de la société civile, et des victimes de violations des droits de l'homme. Ils ont également visité la prison de Gitega, à deux heures de la capitale Bujumbura, et ont rencontré des détenus accusés d'implication dans le coup d'État manqué de mai 2015.

« Au terme de cette première visite, ce qui frappe c'est le sentiment partagé par beaucoup de gens ici que le Burundi est à la croisée des chemins. Mais il y a aussi, chez un plus grand nombre encore, l'espoir que la situation actuelle s'améliore », a noté Maya Sahli-Fadel, également membre de l'équipe. Christof Heyns, le troisième expert, a tenu à souligner que « l'avenir du Burundi – tant sur le plan interne, qu'en tant que membre de la communauté internationale – dépendra de ses performances dans le domaine des droits de l'homme ».

Au terme de leur visite au Burundi, l'un des trois experts rendra compte au Conseil des droits de l'homme des premières conclusions de l'enquête lors d'une réunion prévue le 21 mars prochain à Genève. Les trois experts se rendront à nouveau au Burundi en juin et en juillet prochains.

Pendant ce temps, toujours dans le cadre de l'enquête, une équipe d'observateurs des droits de l'homme sera également déployée au Burundi dans les prochaines semaines. Enfin, en septembre 2016, les trois experts présenteront leur rapport final au Conseil des droits de l'homme.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

A Bujumbura, Ban Ki-moon salue la décision du Président burundais de relâcher 1.200 détenus

Au deuxième jour de sa visite à Bujumbura, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a salué mardi la décision du Président burundais, Pierre Nkurunziza, de relâcher 1.200 personnes en détention, mesure qu'il a qualifiée de pas dans la bonne direction pour une résolution pacifique du conflit actuel.