En visite en Syrie, le chef de l'UNICEF salue les signes avant-coureurs d'un apaisement du conflit

2 mars 2016

A l'issue d'une visite en Syrie, le Directeur exécutif de l'UNICEF, Anthony Lake, a déclaré avoir constaté les signes avant-coureurs d'un apaisement du conflit, tout en soulignant le chaos qui règne encore à l'heure actuel dans le pays, notamment perceptible dans le sous-équipement des établissements de santé.

A l'issue d'une visite en Syrie, le Directeur exécutif du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), Anthony Lake, a déclaré avoir constaté les signes avant-coureurs d'un apaisement du conflit, tout en soulignant le chaos qui règne encore à l'heure actuel dans le pays, notamment perceptible dans le sous-équipement des établissements de santé.

« Partout où je me suis rendu, à Damas, Homs, Hama et Al-Salameya, les gens parlaient d'espoir », a déclaré M. Lake dans un communiqué de presse publié lundi soir. « L'espoir d'une paix dans les faits et pas seulement sur un morceau de papier diplomatique ».

Outre ces messages d'espoir, le Directeur exécutif a noté un certain nombre de signes objectifs annonciateurs d'un changement favorable.

« Après avoir traversé les lignes du quartier encerclé d'Al Waer [à Homs], j'ai vu des choses que je n'avais pas observées il y a deux ans, des magasins ouverts, des gens qui marchaient librement, des enfants en classe à l'air libre, au lieu de se blottir dans les sous-sols par crainte des francs-tireurs. Même parmi les décombres de la vieille ville de Homs, les personnes déplacées par les combats sont de retour », a-t-il rapporté.

Damas a convenu de mettre en œuvre avec l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) un programme national de vaccination contre les maladies infantiles, a par ailleurs salué M. Lake, ajoutant que le gouvernement et les groupes armés devront dans ce cadre garantir un accès durable à toutes les zones assiégées et difficiles à atteindre.

Toutefois, le Directeur exécutif a déclaré que les signes du chaos causé par le conflit n'ont toujours pas disparu, comme en témoignent les quartiers entièrement détruits, y compris à Homs, où M. Lake s'est retrouvé face aux ruines d'un ancien orphelinat, frappé il y a deux ans par des tirs de mortier.

Le chef de l'UNICEF a par ailleurs constaté l'ampleur de la pénurie de matériel médical dans les établissements de santé en activité.

Lors de sa visite du service de chirurgie d'un hôpital à Homs, au moment même où une personne touchée au visage par un tir de franc-tireur était en train de se faire opérer, le Directeur exécutif a été frappé par la vétusté des instruments chirurgicaux utilisés pour extraire des morceaux de mâchoire brisée de la bouche du patient.

« Le médicament anesthésique était périmé », a ajouté M. Lake, avant de se remémorer la colère du père de la victime contre le gouvernement syrien, qui continue de refuser les livraisons de matériel chirurgical et médical, mais aussi contre les Nations Unies et le monde entier.

« Nous ne pouvons pas lui en vouloir : le monde a permis à cette souffrance de durer pendant cinq longues années », a estimé le Directeur exécutif.

Au cours de ces cinq années, l'UNICEF, avec l'aide de ses partenaires tels que le Croissant-Rouge arabe syrien, a fourni une aide à plus de 10 millions de personnes en Syrie, principalement des enfants, a déclaré M. Lake, tout en renouvelant l'engagement de son agence a subvenir aux besoins humanitaires urgents du pays et contribuer à son redressement.

« Chaque fois que nous contribuons à l'éducation d'un enfant syrien, où qu'il soit, nous aidons à construire l'avenir de la Syrie », a-t-il déclaré.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Syrie : l'Envoyé spécial de l'ONU annonce la reprise des pourparlers de paix le 9 mars

L'Envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, a annoncé mardi que les pourparlers de paix inter-syriens reprendront mercredi 9 mars 2016, après les avoir suspendus début février seulement deux jours après qu'ils aient commencé.