Yémen : Ban Ki-moon condamne l'un des bombardements les plus meurtriers depuis septembre 2015 à Sanaa

28 février 2016

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, s'est dit préoccupé dimanche par l'intensité avec laquelle les frappes aériennes et les combats au sol se poursuivent au Yémen, malgré ses appels répétés en faveur d'une cessation des hostilités.

Dans un communiqué de presse rendu public par son porte-parole, M. Ban a condamné fermement ce qui semblerait être un raid aérien, mené le 27 février 2016 contre le marché Khaleq du quartier de Nahem, dans la capitale Sanaa. L'incident a tué au moins 32 civils et en a blessé au moins 41 autres, a-t-il précisé.

« Le nombre de morts figure parmi les plus élevés dans un seul bombardement depuis septembre 2015 », a déploré le Secrétaire général, exprimant ses sincères condoléances aux familles des victimes.

Le chef de l'ONU a rappelé à toutes les parties au conflit la nécessité de respecter pleinement leurs obligations en vertu des droits humains et du droit international humanitaire, qui interdisent les attaques dirigées contre des civils et des biens civils.

Le Secrétaire général a souligné que de telles attaques sont considérées comme des violations graves du droit international humanitaire et a appelé à l'ouverture d'une enquête rapide et impartiale pour faire la lumière sur cet incident.

M. Ban a de nouveau appelé toutes les parties au conflit au Yémen à s'engager de bonne foi auprès de son Envoyé spécial pour le pays afin de convenir d'une cessation des hostilités le plus tôt possible et à organiser une nouvelle série de pourparlers de paix.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Yémen : les divisions persistantes ne permettent pas d'organiser une nouvelle série de pourparlers, selon l'ONU

L'Envoyé spécial du Secrétaire général pour le Yémen, Ismail Ould Cheikh Ahmed, a estimé mercredi que les divisions entre les parties au conflit restent profondes et qu'elles empêchent la tenue d'une nouvelle série de pourparlers de paix.