Le HCR appelle à respecter le droit d'asile des Mozambicains arrivés au Malawi

18 février 2016

Alors que le nombre de Mozambicains ayant fui au Malawi continue de croître, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a appelé jeudi toutes les parties à respecter leur droit à demander l'asile dans un contexte de pressions pour les renvoyer vers leur pays d'origine.

« Plus de 6.000 Mozambicains sont arrivés au Malawi depuis la mi-décembre », a déclaré le HCR dans un communiqué de presse, précisant que les nouveaux arrivants citent, comme motifs de leur départ, les affrontements entre des éléments armés de l'opposition RENAMO et les forces gouvernementales.

La quasi-totalité des réfugiés mozambicains est hébergée dans un camp du village de Kapise, dans le district de Mwanza, à environ 100 kilomètres au sud de Lilongwe, la capitale du Malawi, a indiqué l'agence de l'ONU.

Selon le HCR, des représentants du gouvernement du Mozambique voisin se sont rendus à Kapise au moins trois fois depuis la mi-janvier pour demander aux arrivants pourquoi ils ont fui et discuter de la possibilité de retourner dans leurs régions d'origine, moyennant un soutien socio-économique.

Face à ces développements, le HCR a fait part de sa préoccupation aux deux gouvernements concernant le fait que le droit de demander l'asile et le principe du rapatriement librement consenti ne doivent pas être compromis.

« Le HCR appelle toutes les parties à respecter le caractère humanitaire de l'afflux de Mozambicains au Malawi », a déclaré l'agence de l'ONU.

Le gouvernement du Malawi a décidé que les nouveaux arrivants devraient rester à Kapise, en raison de sa proximité avec la frontière du Mozambique, dans l'espoir que les combats cessent bientôt et qu'ils puissent rentrer dans leur pays, a précisé le HCR.

Toutefois, selon l'agence, le village est désormais bondé et davantage de terrains sont nécessaires pour accueillir le nombre croissant des arrivants.

« Nous avons demandé au gouvernement d'identifier un nouveau site plus éloigné de la frontière et comprenant suffisamment de terrain pour permettre la décongestion de Kapise », a indiqué le HCR.

Selon l'agence, le Malawi accueille déjà quelque 25.000 réfugiés et demandeurs d'asile, principalement originaires de la région des Grands Lacs et de la corne de l'Afrique. Ils sont pour la plupart hébergés dans le camp de Dzaleka, à environ 35 kilomètres de Lilongwe. Ce camp est arrivé à la limite de sa capacité initiale d'accueil et les rations alimentaires ont été diminuées de 50% depuis octobre 2015, car les ressources pour aider les réfugiés sont limitées.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'ONU s'inquiète des discriminations dont souffrent les LGBTI au Malawi

Le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme (HCDH) s'est dit préoccupé par la situation au Malawi, où le porte-parole d'un des principaux partis politiques du pays a récemment décrit les gays et lesbiennes comme étant « pires que des chiens » et a appelé à les tuer.