Iraq : l'envoyé de l'ONU salue les avancées du gouvernement face à Daech

16 février 2016

Le Représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU en Iraq, Jan Kubis, a déclaré mardi que le gouvernement iraquien gagne progressivement du terrain face à Daech, dont l'attrait auprès des populations marginalisées diminue.

« La libération durable de Beiji, de Sinjar, et surtout de Ramadi, ainsi que la sécurisation des zones environnantes contre les combattants de Daech, ont donné au peuple iraquien l'espoir que le pays peut être – et sera – libéré de Daech », a salué M. Kubis, à l'occasion de la réunion trimestrielle du Conseil de sécurité de l'ONU sur la situation en Iraq.

Le Représentant spécial a cependant estimé que la menace représentée par le groupe terroriste, notamment sa capacité à prendre pour cible des civils dans les zones contrôlées par le gouvernement, ne devait pas être sous-estimée, comme en témoigne un attentat récent, d'une relative complexité, commis dans un centre commercial de Bagdad, le 11 janvier dernier.

M. Kubis a insisté sur le fait que l'unité du pays était primordiale pour venir à bout de Daech, tout en regrettant le manque de progrès dans la mise en œuvre d'un système politique inclusif, basé sur le principe d'égalité dans les prises de décision, au niveau fédéral comme à l'échelon local.

Sur ce point, le Représentant spécial a notamment regretté le manque d'intégration de la composante sunnite dans le processus de réconciliation nationale. Toutefois, il a également pointé du doigt le manque de consensus parmi les leaders politiques sunnites, concernant les questions ayant trait à la réconciliation, au fédéralisme et à la décentralisation.

Outre l'unité entre Chiites et Sunnites, M. Kubis a insisté sur la nécessité pour les autorités iraquiennes et le gouvernement régional du Kurdistan de s'unir dans la lutte contre Daech, notant avec satisfaction un regain de volonté de collaborer entre Bagdad et Erbil depuis le mois de janvier.

La stabilisation des zones libérées du contrôle de Daech et le retour en toute sécurité des personnes déplacées sont par ailleurs d'une importance capitale pour vaincre le groupe terroriste, a estimé le Représentant spécial.

« Il y a cependant un certain nombre de complications qui limitent le rythme des retours, dont un grand nombre d'engins explosifs improvisés posés par Daech qui doivent être enlevés avant que les populations puissent rentrer chez elles, et la destruction sans précédent des infrastructures et maisons », a dit M. Kubis.

Le Représentant spécial a par ailleurs condamné le meurtre, confirmé la veille, d'Amer al-Kaissy, un Iraquien membre du personnel de la Mission d'assistance des Nations Unies pour l'Iraq (MANUI) qui avait été enlevé en avril 2015.

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a également condamné cet assassinat, qu'il a qualifié de choquant.

Dans un communiqué de presse rendu public par son porte-parole, M. Ban a exprimé ses condoléances à la famille et aux amis de M. al-Kaissy, tout en exhortant les autorités iraquiennes à traduire en justice les auteurs de ce crime.

Mardi également, le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme (HCDH) s'est déclaré gravement préoccupé par le sort de 559 Arabes sunnites iraquiens, pris en tenaille entre Daech et les forces de sécurité kurdes depuis environ trois mois dans un no-man's land près de Sinjar.

« Depuis la dernière fois que nous avons fait part de notre préoccupation concernant ce groupe, en décembre 2015, leur situation humanitaire a continué à se détériorer », s'est inquiété le porte-parole du HCDH, Rupert Colville, lors d'un point de presse à Genève, précisant qu'ils n'ont plus accès à la nourriture et l'eau potable depuis le 4 février 2016.

Selon M. Colville, cette communauté a récemment été bombardée à au moins trois reprises, les 9, 10 et 15 février derniers, par Daech, qui menace de lancer de nouvelles attaques à moins que la communauté n'accepte de se déplacer à l'intérieur du territoire sous le contrôle du groupe terroriste.

« Nous demandons une fois de plus au gouvernement régional du Kurdistan d'agir aussi rapidement que possible pour garantir la sécurité, la protection et l'accès à l'aide humanitaire de base à ce groupe de personnes extrêmement vulnérables », a appelé le porte-parole du HCDH.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.