Syrie : l'UNICEF condamne des raids meurtriers contre plusieurs hôpitaux

15 février 2016

Le Directeur exécutif du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), Anthony Lake, a dénoncé lundi les bombardements aériens ayant pris pour cible plusieurs établissements hospitaliers en Syrie dans le courant de la journée, qui auraient causé la mort de plusieurs personnes, dont possiblement des enfants.

« L'UNICEF est consterné par les rapports faisant état d'attaques contre quatre établissements hospitaliers en Syrie, dont deux d'entre eux étaient soutenus par l'UNICEF. L'un de ces établissements est un hôpital pour enfants et mères, où des enfants auraient été tués et nombreux d'entre eux évacués », a déclaré M. Lake dans un communiqué de presse rendu public à New York.

Selon la presse, plusieurs hôpitaux ont été touchés, lundi 15 février, lors de raids aériens dans le nord de la Syrie. Ces bombardements auraient causé la mort de plus d'une dizaine de personnes.

« Deux de ces frappes aériennes ont eu lieu à Azaz, à Alep, et deux autres à Idlib, où l'un des hôpitaux aurait été bombardé à quatre reprises. En outre, selon certains rapports, des attaques contre deux écoles à Azaz auraient causé la mort de six enfants. L'UNICEF cherche de toute urgence à obtenir des informations complémentaires », a déclaré le Directeur exécutif.

M. Lake a par ailleurs déploré le fait qu'un tiers des hôpitaux et un quart des écoles en Syrie ne fonctionnent plus.

« Outre les obligations dérivant de la diplomatie et du droit international humanitaire, rappelons que ces victimes sont des enfants. Des enfants ! », s'est insurgé le Directeur exécutif de l'UNICEF.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Syrie : le chef de l'humanitaire de l'ONU réclame des mesures concrètes après l'accord obtenu à Munich

Le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires humanitaires, Stephen O'Brien, a réclamé vendredi des mesures concrètes sur le terrain après l'accord auquel sont arrivés la veille à Munich les membres du Groupe international de soutien à la Syrie sur une cessation des hostilités dans ce pays.