L'UNESCO annonce la création par l'Italie d'une force pour la défense du patrimoine culturel

15 février 2016

L'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) a annoncé lundi qu'un accord visant à mettre sur pied une force opérationnelle d'experts du patrimoine culturel est sur le point d'être conclu avec l'Italie.

Dans un communiqué de presse rendu public à Paris, la Directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova, a indiqué qu'elle signerait officiellement cet accord mardi 16 février à Rome avec le Ministre italien des affaires étrangères, Paolo Gentiloni, dans le cadre de la Coalition mondiale de l'UNESCO « Unis pour le patrimoine », lancée en juin 2015.

« Cet accord marque une étape majeure et novatrice dans les efforts que nous avons consentis pour faire reconnaître le rôle important que joue le patrimoine culturel dans la consolidation de l'identité culturelle, de la cohésion sociale et du renforcement de la résilience pendant les périodes de crise », a salué la Directrice générale.

Aux termes de cet accord, l'UNESCO pourra demander au gouvernement italien de solliciter des experts de la force opérationnelle afin de les déployer sur des biens du patrimoine culturel affectés par des crises.

« La mise en place d'une force opérationnelle réunissant des experts du patrimoine culturel et du corps des carabiniers italiens spécialisés dans la lutte contre le trafic illicite des biens culturels permettra de renforcer notre capacité à répondre aux situations d'urgence à venir », a précisé Mme Bokova, qui compte sur le fait que d'autres pays prendront des mesures similaires.

La Directrice générale a ajouté que la création de la force opérationnelle par le gouvernement italien est une mise en œuvre directe de la stratégie adoptée par les Etats membres de l'UNESCO lors de la Conférence générale de l'Organisation qui s'est tenue en novembre dernier. Elle a invité tous les Etats membres à appliquer cette stratégie, notamment à travers des mécanismes de déploiement rapide d'experts nationaux dans les situations d'urgence, sous la coordination de l'UNESCO.

« Les Etats membres ont développé cette stratégie en réponse aux destructions systématiques, à grande échelle et au pillage des sites culturels. Elle fait également suite aux attaques contre la diversité culturelle et contre les minorités culturelles et religieuses qui portent atteinte à leurs droits humains et leur sécurité », a déclaré Mme Bokova, rappelant que, d'après le Statut de Rome de la Cour pénale internationale, la destruction délibérée du patrimoine culturel peut être considérée comme un crime de guerre.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Tombouctou: pour la première fois depuis 900 ans, une cérémonie resacralise des mausolées endommagés par des groupes armés

Une cérémonie de sacralisation des mausolées de Tombouctou, au Mali, organisée pour la première fois depuis le XIème siècle, a eu lieu jeudi à l'initiative des communautés locales, dernière étape de la renaissance culturelle de Tombouctou après les destructions des mausolées par les groupes islamistes armés qui occupaient la ville en 2012.