Face à la menace de Daech, l'ONU appelle à criminaliser les déplacements des combattants terroristes étrangers

9 février 2016

Face à l'expansion rapide de Daech, le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires politiques, Jeffrey Feltman, a appelé mardi les Etats membres à criminaliser les déplacements des combattants étrangers qui sont recrutés par ce groupe terroriste.

« L'expansion rapide des opérations de l'Etat islamique d'Iraq et du Levant (EIIL/Daech) à travers l'Afrique du Nord et de l'Ouest, le Moyen-Orient, et l'Asie du Sud et du Sud-Est, l'augmentation du nombre de groupes terroristes jurant allégeance à sa cause, et le flux important de combattants terroristes étrangers venus du monde entier, sont des sources de préoccupation majeure », a dit M. Feltman lors d'une réunion du Conseil de sécurité au cours de laquelle il a présenté le rapport du Secrétaire général sur la menace posée par Daech à la paix et à la sécurité internationale.

Le Secrétaire général adjoint a noté que le pouvoir d'attraction du groupe terroriste auprès de recrues potentielles, notamment auprès de jeunes dans les pays développés et en développement, ne diminue pas. On estime qu'environ 30.000 combattants terroristes étrangers, issus de plus de 100 Etats membres, sont activement engagés au sein de Daech et de groupes qui lui sont associés.

« Pour lutter contre le recrutement et répondre à l'extrémisme violent et à la radicalisation, les gouvernements devraient envisager de développer des plans nationaux d'action pour prévenir l'extrémisme violent, focaliser les efforts de prévention sur l'éducation et la jeunesse et renforcer les stratégies et les cadres juridiques pour répondre à l'utilisation abusive des technologies de l'information et de la communication », a déclaré Jeffrey Feltman.

Selon lui, « les Etats membres devraient criminaliser les déplacements des combattants terroristes étrangers conformément aux résolutions pertinentes et prendre des mesures pour renforcer leurs régimes de gestion des frontières, notamment en utilisant les bases de données d'INTERPOL, en évaluant de manière régulière les itinéraires empruntés par les combattants terroristes étrangers, et en améliorant l'échange d'information entre les Etats ».

Jeffrey Feltman a estimé que l'ONU devait renforcer son assistance en la matière.

« Face à cette menace commune, j'aimerais faire écho à l'appel à l'unité et à l'action lancé par le Secrétaire général, notamment en trouvant des solutions politiques aux conflits en Syrie et en Libye, et vous assurer que les Nations Unies sont déterminées à soutenir les efforts des Etats membres », a-t-il conclu.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

La barbarie de Daech et de Boko Haram à l'égard des civils pose de nouveaux défis, selon l'ONU

A l'occasion d'un débat du Conseil de sécurité de l'ONU consacré à la protection des civils lors de conflits armés, le Vice-Secrétaire général de l'ONU, Jan Eliasson, a estimé mardi que la barbarie des groupes extrémistes Daech et Boko Haram posait de nouveaux défis à la communauté internationale.