El Niño menace la santé d'au moins 60 millions de personnes dans les pays en développement à haut risque, selon l'OMS

22 janvier 2016

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) et ses partenaires ont prédit vendredi pour cette année une forte hausse des conséquences néfastes en matière de santé des situations d'urgence créées dans le monde par le phénomène climatique El Niño, estimant qu'elles affecteront au moins 60 millions de personnes.

El Nino est un facteur contribuant aux conditions météorologiques extrêmes. Ce phénomène naturel résulte de l'interaction de l'océan et de l'atmosphère dans le centre-est du Pacifique équatorial. Il a des répercussions sur toute la planète, affectant la pluviométrie et les températures, notamment dans les régions tropicales d'Afrique, d'Asie-Pacifique et d'Amérique latine. L'actuel épisode El Niño 2015-16 est un des plus forts jamais enregistrés, comparable à celui de 1997-98, qui a eu de lourdes conséquences en matière de santé à travers le monde.

« De l'Ethiopie à Haïti et à la Papouasie-Nouvelle Guinée, nous constatons les dommages causés par El Niño et nous pensons que l'impact sur la santé publique est susceptible de continuer à se faire sentir tout au long de 2016, même après qu'El Niño se soit affaibli », a déclaré le Directeur du département de gestion des risques de l'OMS, le Dr. Richard Brennan, dans un communiqué de presse. « Afin de prévenir des décès et des maladies évitables, les gouvernements doivent investir dès maintenant pour accroître leur niveau de préparation et renforcer leurs efforts de réponse », a-t-il ajouté.

Selon un nouveau rapport de l'OMS, de graves sécheresses, des inondations, des pluies torrentielles et des hausses de températures sont des effets connus d'El Niño qui peuvent tous mener à des situations d'insécurité alimentaire et de malnutrition, à des épidémies, à des pénuries d'eau et à des perturbations dans les services de santé.

Les implications en matière de santé sont habituellement plus intenses dans les pays en développement les moins bien équipés pour faire face aux conséquences d'El Nino.

En conséquence de l'El Niño de 1997-98, l'OMS avait constaté que la pluviométrie en Afrique de l'Est était inhabituellement lourde et avait causé de graves inondations et des épidémies de paludisme, de choléra et de fièvre de la vallée du Rift.

Basé sur les dernières statistiques de l'ONU, le rapport estime que 60 millions de personnes seront affectées par El Niño cette année, dont beaucoup souffriront de ses conséquences en termes de santé. Jusqu'ici, les demandes de soutien financier faites par sept pays à risque – Ethiopie, Lesotho, Kenya, Papouasie-Nouvelle Guinée, Somalie, Tanzanie et Ouganda – ont atteint 76 millions de dollars.

L'OMS s'attend à ce que d'autres pays sollicitent un soutien financier pour pouvoir faire face efficacement à El Niño. Une partie de cette réponse consistera à fournir des services de santé supplémentaires aux personnes nécessiteuses, tels qu'une surveillance accrue et des vaccinations d'urgence. Les besoins immédiats exigent également des fonds afin de fournir des soins aux enfants gravement malnutris dans de nombreux pays, comme l'Ethiopie.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le PAM se dit de plus en plus préoccupé par l'impact d'El Niño en Afrique australe

Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) s'est dit lundi de plus en plus préoccupé par l'impact du phénomène météorologique El Niño sur la sécurité alimentaire en Afrique australe où on estime que 14 millions de personnes sont confrontées à la faim à la suite de périodes de sécheresse prolongées qui ont conduit à de mauvaises récoltes l'an dernier.