L'ONU se félicite des efforts qui ont permis de mettre fin à la transmission d'Ebola en Afrique de l'Ouest

13 janvier 2016

A l'occasion d'une réunion de l'Assemblée générale des Nations Unies sur l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, s'est félicité des efforts collectifs qui ont permis de mettre fin à la transmission du virus Ebola dans la région.

« Pour la première fois depuis que l'épidémie a débuté, la région est sur le point d'être déclarée exempte de la transmission d'Ebola », a souligné M. Ban dans un discours devant les Etats membres.

En effet, la Sierra Leone a déclaré la fin de la transmission le 7 novembre 2015, la Guinée l'a fait le 29 décembre 2015 et le Libéria devrait annoncer jeudi la fin de l'épidémie.

« Cela veut dire que demain, 14 janvier, toutes les chaînes connues de transmission auront été stoppées en Afrique de l'Ouest », a déclaré M. Ban.

Le Président de l'Assemblée générale, Mogens Lykketoft, a rappelé de son côté que l'épidémie avait commencé en décembre 2013 quand un petit garçon nommé Emile, de la ville de Guéckédou, en Guinée, est tombé malade et est mort deux jours plus tard.

Deux ans après, l'épidémie d'Ebola a affecté plus de 28.600 personnes, principalement en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone et a causé la mort d'au moins 11.300 personnes.

Ban Ki-moon a cependant rappelé que l'Afrique de l'Ouest était aujourd'hui confrontée à des défis significatifs, malgré la fin de l'épidémie.

« Nous pouvons anticiper la réapparition d'Ebola au cours de l'année à venir. L'expérience du Libéria, qui a combattu deux retours du virus, a montré la résilience et la capacité des pays affectés à réactiver les mécanismes de réponse d'urgence et à contenir le virus », a-t-il ajouté. « Mais nous espérons aussi que la possibilité et la fréquence de ces réapparitions du virus diminueront au fil du temps ».

M. Ban a rappelé qu'à l'avenir, les gouvernements des pays affectés auront besoin de ressources pour aider les communautés à prévenir l'infection, à détecter les cas potentiels et à réagir rapidement et de manière efficace.

« Plus de 10.000 personnes en Afrique de l'Ouest ont survécu à l'infection d'Ebola. Elles auront besoin d'un soutien complet pour leur santé et leur bien-être. Nous devons nous assurer qu'on prenne soin des survivants, des veuves, des orphelins et des autres personnes vulnérables », a-t-il dit.

Le chef de l'ONU a souligné qu'il n'oublierait jamais sa visite dans la région en décembre 2014 et qu'il avait été profondément ému par ses rencontres avec les « héros » fournissant des soins et luttant contre la stigmatisation.

« La fin de la transmission d'Ebola en Afrique de l'Ouest est un exemple de ce que nous pouvons réaliser quand le multilatéralisme fonctionne comme il le devrait, faisant travailler ensemble la communauté internationale avec les gouvernements nationaux pour prendre soin de leurs populations », a-t-il conclu.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'OMS déclare la fin de la transmission du virus Ebola en Guinée

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré mardi la fin de la transmission du virus Ebola en Guinée, l'un des pays d'Afrique de l'Ouest les plus touchés par l'épidémie de fièvre hémorragique causée par ce virus, apparue il y a deux ans.