Europe : le nombre des réfugiés et migrants en 2015 a dépassé un million (HCR)

22 décembre 2015

Le nombre de réfugiés et de migrants fuyant leur pays d'origine en direction de l'Europe en 2015 a dépassé un million - niveau sans précédent - et au moins 3.600 d'entre eux sont morts ou ont disparu pendant le trajet, a annoncé mardi le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

« Alors que les sentiments xénophobes s'accentuent dans certaines régions, il importe de reconnaître les contributions positives des réfugiés et des migrants aux sociétés dans lesquelles ils vivent et aussi de faire honneur aux valeurs fondamentales de l'Europe: protéger la vie, défendre les droits de l'homme et promouvoir la tolérance et la diversité », a déclaré le Haut-Commissaire pour les réfugiés, António Guterres, dont les services ont compilé ces dernières statistiques, en coopération avec l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Le nombre de personnes déplacées par la guerre et les conflits est le plus élevé en Europe occidentale et centrale depuis les années 1990, lorsque plusieurs conflits avaient éclaté dans l'ancienne Yougoslavie. La moitié des personnes qui ont traversé la Méditerranée cette année – un demi-million de personnes – étaient des Syriens qui fuyaient la guerre. Les Afghans représentaient 20% du total et les Iraqiens 7%.

Selon les chiffres du HCR, à la date du 21 décembre, environ 972.500 personnes avaient traversé la Méditerranée, tandis que l'OIM estime que plus de 34.000 sont passées par voie terrestre de Turquie en Bulgarie et en Grèce, pour un exode total de plus de 1.006.500 personnes.

Plus de 800.000 réfugiés et migrants sont arrivés en Grèce par la mer Egée en provenance de Turquie, soit 80% des personnes entrées illégalement en Europe par voie maritime, tandis que le nombre de celles qui ont fait la traversée d'Afrique du Nord vers l'Italie a légèrement diminué, passant de 170.000 en 2014 à environ 150.000 en 2015.

Au fil des mois, le nombre de personnes traversant la Méditerranée a augmenté régulièrement, passant d'environ 5.500 en janvier à un pic de plus de 221.000 en octobre.

Après une réaction initiale désordonnée qui a amené des dizaines de milliers de personnes à se déplacer de Grèce vers l'ouest et le nord à travers les Balkans occidentaux, se retrouvant souvent bloqués aux frontières, une réponse européenne plus coordonnée est en train de se mettre en place.

Le HCR a lancé une réponse d'urgence afin de compléter les efforts européens, déployant plus de 600 personnels et des ressources d'urgence dans 20 lieux différents afin d'apporter une aide et une protection souvent salvatrices, et de plaider pour le respect des droits de l'homme et pour un meilleur accès aux procédures d'octroi de l'asile, en particulier pour les réfugiés ayant des besoins spécifiques, tels que les enfants non accompagnés et les ménages dirigés par des femmes.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Migrants : L'ONU rend hommage aux morts et appelle à trouver des solutions axées sur les droits humains

Des veillées aux chandelles ont marqué vendredi dans le monde la Journée internationale des migrants, en hommage aux plus de 5.000 femmes, hommes et enfants morts lors d'exodes périlleux à la recherche de meilleures conditions de vie, et le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a invité les Etats à proposer des solutions à ce problème qui soient axées sur les droits de l'homme.