Grèce : le HCR et l'UE vont créer 20.000 places d'accueil supplémentaires pour les demandeurs d'asile

14 décembre 2015

Le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) et la Commission européenne ont lancé lundi un projet visant à créer 20.000 places d'accueil supplémentaires pour les demandeurs d'asile et les candidats à la réinstallation se trouvant en Grèce, grâce à des subventions au logement dans le secteur privé.

Dans un communiqué, le HCR précise que la Commission fournira 80 millions d'euros provenant du budget de l'UE pour 2016.

Co-signataire de l'accord, la vice-présidente de la Commission européenne Kristalina Georgieva, responsable du budget et des ressources humaines, a déclaré : « aujourd'hui, nous sommes solidaires de la Grèce et des enfants, des femmes et des hommes qui cherchent refuge en Europe ».

« Le plan permettra d'offrir une aide à des familles, notamment sous forme d'un abri adéquat », a-t-elle ajouté. « Bien qu'il s'agisse aujourd'hui d'une assistance temporaire, la Commission continue d'utiliser tous les outils à sa disposition pour trouver une solution à long terme à la crise des réfugiés en Europe ».

Les 20.000 places d'accueil constituent une partie importante du plan de relogement d'urgence de l'Union européenne (UE), fournissant un abri provisoire en Grèce à des personnes en attente de relogement dans d'autres Etats membres de l'UE.

La Grèce est l'un des pays membres de l'UE les plus touchés par le flux sans précédent de réfugiés et de migrants en Europe. Plus de 750.000 étrangers sont ainsi arrivés en Grèce depuis le début de l'année, soit par voie maritime, soit par voie terrestre.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le HCR préoccupé par les violences à la frontière entre la Grèce et l'ex-République yougoslave de Macédoine

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux réfugiés (HCR) s'est dit profondément préoccupé jeudi par la tension et les violences à la frontière entre la Grèce et l'ex-République yougoslave de Macédoine et a appelé les autorités des deux pays à gérer la frontière d'une manière respectueuse des droits de l'homme et du principe de protection des réfugiés.