D'importants progrès sur la voie de l'élimination du paludisme enregistrés, selon l'OMS

9 décembre 2015

De nouvelles estimations publiées par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) montrent une augmentation importante du nombre de pays désormais sur la voie de l'élimination du paludisme. Les efforts de prévention ont permis d'économiser des millions de dollars sur le coût des soins au cours des 14 dernières années dans de nombreux pays africains.

Selon ce document intitulé 'Rapport sur le paludisme dans le monde 2015', plus de la moitié (57) des 106 pays où la maladie sévissait en 2000 ont réussi en 2015 à réduire d'au moins 75% les nouveaux cas de paludisme. Dans le même laps de temps, 18 pays ont obtenu une diminution de 50% à 75% du nombre des cas de paludisme.

Dans l'ensemble de l'Afrique subsaharienne, la prévention des nouveaux cas de paludisme a représenté d'importantes économies pour les pays d'endémie. Les nouvelles estimations publiées dans le Rapport de l'OMS montrent que la réduction du nombre de cas de paludisme pouvant être attribuée aux activités de lutte contre la maladie a permis d'épargner environ 900 millions de dollars (US $) sur le coût de la prise en charge des cas dans la région entre 2001 et 2014.

Les moustiquaires imprégnées d'insecticide ont contribué à la majeure partie des économies, suivies par les combinaisons thérapeutiques à base d'artémisinine et la pulvérisation d'insecticide à effet rémanent à l'intérieur des habitations.

« Depuis le début du siècle, les investissements dans la prévention et le traitement du paludisme ont permis d'éviter plus de 6 millions de décès », a souligné la Directrice générale de l'OMS, le Dr Margaret Chan. « Nous savons ce qui marche. Le défi est désormais d'aller encore plus loin ».

Pour la première fois depuis que l'OMS a commencé à tenir le compte des cas, la Région européenne n'a fait état d'aucun cas autochtone de paludisme. Ce succès a été rendu possible grâce à un solide leadership au niveau des pays, au soutien technique de l'OMS et à l'aide financière du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme.

Depuis 2000, le taux de mortalité par paludisme a reculé de 72% dans la Région OMS des Amériques, de 65% dans la Région du Pacifique occidental, et de 64% dans la Région de la Méditerranée orientale. Bien que la Région africaine continue à payer le plus lourd tribut à la maladie, là aussi les avancées ont été impressionnantes: au cours des 15 dernières années, les taux de mortalité par paludisme ont chuté de 66% dans toutes les tranches d'âge, et de 71% chez les enfants de moins de cinq ans, une population particulièrement vulnérable face à la maladie.

L'évolution mondiale du paludisme illustre les progrès accomplis dans la lutte contre la maladie au niveau des pays et au niveau régional. Depuis 2000, l'incidence du paludisme et le taux de mortalité ont baissé de 37% et 60% respectivement, à l'échelle mondiale. Parmi les enfants de moins de cinq ans, le taux de mortalité a reculé de 65%. On estime à 6,2 millions le nombre de décès évités depuis l'année 2000.

Les progrès sont dus, en grande partie, au déploiement massif d'interventions, à la fois efficaces et de faible coût, visant à lutter contre la maladie. Depuis 2000, près d'un milliard de moustiquaires imprégnées d'insecticide ont été distribuées en Afrique subsaharienne. En 2015, près de 55% des habitants de cette région dormaient sous des moustiquaires, alors qu'ils étaient moins de 2% en 2000.

Les tests de diagnostic rapide font qu'il est désormais plus facile de faire rapidement la distinction entre une fièvre paludique et une autre fièvre, ce qui permet un traitement approprié en temps voulu. Une forte augmentation de l'utilisation des tests diagnostiques du paludisme a été observée dans la Région africaine de l'OMS : utilisés dans 36% des cas suspectés de paludisme en 2005, ils le sont désormais dans 65% des cas en 2014. Les combinaisons thérapeutiques à base d'artémisinine, introduites à grande échelle au cours de la dernière décennie, ont été très efficaces contre P. falciparum, le parasite responsable du paludisme chez l'être humain le plus dangereux et le plus largement répandu.

On estime à 663 millions le nombre de cas de paludisme évités en Afrique subsaharienne depuis 2001, résultat direct de l'extension des trois principales interventions de lutte contre le paludisme: moustiquaires imprégnées d'insecticide, pulvérisation d'insecticide à effet rémanent à l'intérieur des habitations et combinaisons thérapeutiques à base d'artémisinine. Les moustiquaires ont eu le plus fort impact, représentant environ 68% des cas évités grâce à ces interventions.

Malgré les progrès, il reste d'importants défis à relever. À l'échelle mondiale, environ 3,2 milliards de personnes – près de la moitié de la population mondiale – sont exposées au risque de contracter le paludisme. En 2015, le nombre de nouveaux cas était estimé à 214 millions, et les décès à environ 438 000.

Quinze pays, en Afrique essentiellement, totalisent la majeure partie des cas de paludisme (80%) et des décès (78%) au niveau mondial. Selon le Rapport, la baisse de l'incidence dans ces pays où la charge de morbidité est élevée a été plus faible (32%) que dans les autres pays (53%). Dans bon nombre d'entre eux, la faiblesse des systèmes de santé continue à entraver les progrès dans la lutte contre le paludisme.

Des millions de personnes ne reçoivent toujours pas les services dont ils ont besoin pour prévenir et traiter la maladie. En 2014, environ un tiers des populations exposées au risque de paludisme en Afrique subsaharienne vivaient dans des foyers dénués de la protection offerte par les moustiquaires imprégnées d'insecticide ou la pulvérisation d'insecticide à effet rémanent.

« Tandis que la charge mondiale de morbidité diminue, de nouveaux défis apparaissent », déclare le Dr Pedro Alonso, Directeur du Programme mondial de lutte antipaludique de l'OMS. « Dans de nombreux pays, les progrès sont menacés par le développement et la propagation rapides de la résistance des moustiques aux insecticides. La résistance aux médicaments pourrait aussi mettre en péril les récents progrès dans la lutte contre la maladie ».

Depuis 2010, 60 des 78 pays qui ont mis en place une surveillance de la résistance aux insecticides ont fait état de la résistance des moustiques à au moins l'un des insecticides utilisés pour les moustiquaires et la pulvérisation à l'intérieur des habitations ; parmi ceux-ci, 49 ont signalé une résistance à deux classes d'insecticides voire plus. Parallèlement, la résistance des parasites à l'artémisinine – la composante essentielle des médicaments antipaludiques les plus efficaces actuellement disponibles – a été décelée dans cinq pays de la sous-région du Grand Mékong.

En mai 2015, l'Assemblée mondiale de la Santé a adopté la Stratégie technique mondiale OMS de lutte contre le paludisme 2016-2030, nouveau cadre de la lutte antipaludique pour les 15 prochaines années dans tous les pays d'endémie. Cette stratégie fixe des cibles ambitieuses mais réalisables à l'horizon 2030, parmi lesquelles une réduction d'au moins 90% à l'échelle mondiale de l'incidence du paludisme et de la mortalité due la maladie; l'élimination du paludisme dans 35 pays au moins; et la prévention contre toute résurgence de la maladie dans l'ensemble des pays désormais exempts.

Pour atteindre ces objectifs, il faudra que les pays prennent la direction des interventions, que la mobilisation politique soit durable et que l'investissement mondial dans la lutte contre la maladie soit triplé, pour passer de 2,7 milliards de dollars de financement annuel disponible aujourd'hui à 8,7 milliards de dollars d'ici à 2030. Ce chiffre tient compte des économies futures qu'il est prévu de réaliser dans le coût de prise en charge des cas au fur et à mesure que les interventions de lutte contre la maladie seront élargies et un plus grand nombre de cas évités.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Climat : plus de 100 millions de personnes pourraient plonger dans la pauvreté si rien n'est fait, selon la Banque mondiale

Plus de 100 millions de personnes pourraient tomber sous le seuil de pauvreté à l'horizon 2030 sans la mise en œuvre d'un développement rapide et solidaire qui ne nuise pas au climat et qui soit accompagné de mesures de réduction des émissions à même de protéger les populations défavorisées, selon la Banque mondiale.