Le HCR s'inquiète du sort de 12.000 personnes bloquées à la frontière entre la Syrie et la Jordanie

8 décembre 2015

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) s'est déclaré mardi très préoccupé par le sort de 12.000 personnes qui essaient de fuir la Syrie et sont bloquées dans des zones reculées au nord-est de la frontière jordanienne.

Environ 11.000 personnes se trouvent à Rukban et 1.000 à Hadalat et leur nombre a nettement augmenté ces dernières semaines à la suite de l'intensification du conflit en Syrie, a expliqué la porte-parole du HCR, Melissa Fleming, lors d'un point de presse à Genève.

« Les réfugiés se rassemblent près d'un mur de terre, en territoire jordanien dans une zone dépourvue d'ombre, d'eau et de végétation », a-t-elle ajouté, précisant que des femmes avaient accouché dans des conditions insalubres.

La santé de ces milliers de personnes se détériore, avec des cas de diarrhée, de vomissements et de malnutrition aigüe chez les enfants. « Si les réfugiés ne sont pas admis en Jordanie et s'ils ne reçoivent pas une assistance significative, leur vie sera en péril durant les mois d'hiver à venir », a dit la porte-parole.

Le HCR a souligné l'énorme contribution de la Jordanie qui accueille plus de 630.000 réfugiés, ce qui pèse sur ses infrastructures et sur son économie. « Nous reconnaissons aussi les conséquences graves que le conflit en Syrie a sur la sécurité en Jordanie », a dit Mme Fleming.

Le HCR a appelé le gouvernement jordanien à autoriser l'entrée dans le pays de ces milliers de réfugiés bloqués à la frontière, en donnant la priorité aux adultes les plus vulnérables et aux enfants.

Le camp d'Azraq, qui se trouve à 320 kilomètres de Rukban, a les moyens de recevoir de nouveaux résidents, a souligné la porte-parole, ajoutant que le HCR se tenait prêt à renforcer les procédures de filtrage et d'enregistrement dans ce camp.

Interrogée par un journaliste sur les récents commentaires d'un candidat à l'élection présidentielle aux Etats-Unis, Donald Trump, réclamant l'interdiction de l'entrée des Musulmans dans ce pays, Mme Fleming a rappelé que l'agence onusienne ne faisait pas de commentaire sur les débats politiques dans les Etats membres. Elle a toutefois exprimé sa préoccupation sur l'impact de ce genre de propos sur les efforts destinés à réinstaller des réfugiés syriens dans des pays d'accueil, dont les Etats-Unis.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'ONU appelle à accroître la protection et l'assistance aux Syriens

La Sous-secrétaire générale des Nations Unies pour les affaires humanitaires, Kyung-wha Kang, a appelé lundi à davantage de protection et d'assistance pour les Syriens qui subissent directement les conséquences du conflit qui dure depuis plus de quatre ans dans leur pays.