Le HCR préoccupé par les violences à la frontière entre la Grèce et l'ex-République yougoslave de Macédoine

3 décembre 2015

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux réfugiés (HCR) s'est dit profondément préoccupé jeudi par la tension et les violences à la frontière entre la Grèce et l'ex-République yougoslave de Macédoine et a appelé les autorités des deux pays à gérer la frontière d'une manière respectueuse des droits de l'homme et du principe de protection des réfugiés.

A la suite des restrictions imposées par les autorités le long de la route de l'Union européenne passant par l'ouest des Balkans à l'admission de réfugiés et de migrants en provenance de pays autres que la Syrie, l'Afghanistan et l'Iraq, les tensions sont en hausse à Idomeni, du côté grec de la frontière, depuis quelques jours, précise le HCR dans un communiqué de presse. Ces tensions ont causé à plusieurs reprises des violences et une fermeture temporaire de la frontière.

Dans ce contexte, le HCR « est attristé par la mort d'un ressortissant marocain aujourd'hui à la frontière, dans des circonstances non encore élucidées », déclare le communiqué. « Ce tragique incident souligne la nécessité que les autorités agissent de manière appropriée. Nous appelons les autorités grecques à rétablir sans tarder la sécurité afin d'assurer la protection des personnes vulnérables et la sûreté des travailleurs et des bénévoles de l'action humanitaire », ajoute-t-il.

Des moyens de transport ont été mis à la disposition des réfugiés et migrants qui se sont vu refuser l'entrée dans l'ex-République yougoslave de Macédoine pour les ramener à Athènes, où des installations d'accueil et d'assistance sont disponibles et du personnel du HCR est présent, indique encore le communiqué.

Le HCR « réitère son inquiétude en ce qui concerne les conséquences des restrictions aux frontières actuellement imposées par plusieurs pays dans les Balkans ». Il recommande « un profilage des personnes basé sur leurs besoin de protection et non pas sur leur nationalité ». Le HCR et d'autres organisations ont appelé les Etats concernés à rétablir la coordination et les mécanismes de réponse sur lesquels ils s'étaient mis d'accord lors du Sommet des Balkans occidentaux le 8 octobre et de la Réunion des responsables le 25 octobre.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Balkans : Ban Ki-moon s'inquiète des restrictions aux frontières imposées par certains Etats

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, s'est dit mardi très inquiet des restrictions aux frontières imposées récemment par un certain nombre d'États dans les Balkans.