La région Asie-Pacifique connait une « épidémie cachée » d'infections par le VIH parmi ses adolescents, selon l'ONU

30 novembre 2015

La région Asie-Pacifique connaît une « épidémie cachée » d'infections par le VIH, le virus responsable du sida, dans sa population adolescente, avec environ 50.000 nouvelles contaminations parmi les jeunes âgés de 15 à 19 ans en 2014, selon un rapport publié lundi.

La région Asie-Pacifique connaît une « épidémie cachée » d'infections par le VIH, le virus responsable du sida, dans sa population adolescente, avec environ 50.000 nouvelles contaminations parmi les jeunes âgés de 15 à 19 ans en 2014, selon un rapport publié lundi par l'Asia-Pacific Inter-Agency Task Team on Young Key Populations, qui inclut notamment l'UNICEF et ONUSIDA.

Ces 50.000 infections représentent 15% des nouvelles contaminations et portent à environ 220.000 le nombre d'adolescents vivant avec le VIH dans la région, où de grandes villes comme Bangkok, Hanoï et Jakarta sont d'importants centres de propagation du virus, ajoute ce rapport, intitulé « Les adolescents : population oubliée dans la lutte contre le sida » (« Adolescents: Under the Radar in the Asia-Pacific AIDS Response »).

Bien que le nombre de nouvelles infections par le VIH soit globalement en baisse, il augmente parmi les adolescents dans certains segments clés de la population, en particulier parmi les jeunes homosexuels. Cette hausse des nouvelles infections coïncide avec une augmentation des comportements à risques, comme la multiplicité des partenaires sexuels et l'utilisation inconstante de préservatifs.

« L'adolescence est une période de transition et de prise de risques, au moment où les enfants effectuent la difficile transition vers l'âge adulte », a déclaré Daniel Toole, Directeur régional de l'UNICEF pour l'Asie et le Pacifique. « L'UNICEF travaille avec les gouvernements de la région Asie-Pacifique pour s'assurer qu'ils remplissent leur obligation de protéger la santé de leurs populations adolescentes, notamment en leur fournissant un accès à des méthodes de dépistage du VIH et à des services de soins qui leur soient spécialement destinés », a-t-il ajouté.

Selon le rapport, les adolescents les plus exposés au risque de contracter le VIH incluent les homosexuels et les autres hommes qui ont des relations sexuelles avec des hommes, les personnes transgenres, les consommateurs de drogues injectables, ainsi que les personnes qui font commerce de services sexuels. Il ne sera pas possible de mettre fin à l'épidémie de VIH d'ici à 2030 sans parvenir à la juguler parmi les adolescents.

Pour maîtriser la situation, le rapport recommande que les gouvernements se dotent de meilleures données sur les adolescents, de stratégies de prévention du VIH et de lois et de politiques spécialement adaptées aux adolescents. Celles-ci devraient inclure une éducation sexuelle complète à l'école et dans les médias sociaux, la diffusion d'informations sur les lieux de dépistage du VIH, l'utilisation de préservatifs et la mise au point de méthodes de dépistage et de services de soins adaptés à la population adolescente.

Il est essentiel que les adolescents connaissent leur statut vis-à-vis du VIH et qu'il se fassent soigner si nécessaire mais, dans de nombreux pays, ils sont congédiés des centres de dépistage du VIH. Seulement dix pays de la région sont réputés disposer de lois et de politiques permettant aux adolescents de prendre de manière indépendante la décision de passer un test de dépistage et de recevoir des soins.

En plus des obstacles légaux, les adolescents vivant avec le VIH sont souvent confrontés à la stigmatisation et à la discrimination, ce qui peut les décourager de se faire soigner. Pour que ce problème puisse être surmonté, les adolescents doivent être impliqués dans la mise au point de services qui leur sont destinés.

« Les adolescents doivent être eux-mêmes impliqués dans la lutte contre le VIH », a déclaré Niluka Perera, de l'association Youth Voices Count, qui fait partie de l'Asia Pacific Inter-Agency Task Team on Young Key Populations. « Nous devons cesser de les ignorer sous prétexte qu'ils sont difficiles à attirer et combattre la honte et la discrimination auxquelles sont encore souvent confrontés les adolescents vivant avec le VIH, y compris de la part de prestataires de soins de santé. Leurs voix doivent être entendues ».

Selon le rapport, le VIH parmi les adolescents de la région Asie-Pacifique est le plus prévalent dans dix pays, qui comptent ensemble 98% des adolescents âgés de 10 à 19 ans vivant avec le virus : le Cambodge, la Chine, l'Inde, l'Indonésie, le Myanmar, le Pakistan, la Papouasie Nouvelle Guinée, les Philippines, la Thaïlande et le Viet Nam.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le nombre de décès d'adolescents dus au sida a triplé depuis 2000, selon l'UNICEF

Le nombre de décès d'adolescents imputables au sida a triplé au cours des 15 dernières années selon de nouvelles données publiées vendredi par le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF).